Une belle histoire de DIEU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une belle histoire de DIEU

Message  Francesca le Lun 22 Avr 2013 - 13:26


Moïse a compris que de ce dieu mystérieux, on ne pouvait rien savoir d’autre que son nom, la seule réalité articulée par son nom ; autrement dit, en tout et pour tous, qu’Il existait, qu’Il était là, présent. C’est du reste ce qu’il voulait expliquer en racontant qu’ayant interrogé Yahvé lui-même sur son identité il s’était attiré, pour seule réponse :

"Je suis qui je suis", autrement dit : " Personne n’a rien d’autre à savoir de Moi que mon existence, ma réalité ; tout le reste est mystère, impossible à percer et inutile à savoir ".

En pensant et en parlant ainsi, Moïse voulait évacuer totalement de la croyance en Yahvé, et de la religion qu’il entendait construire autour de Lui, tout "anthropomorphisme" ( tendance à attribuer aux divinités des caractéristiques propres à l'homme aux animaux et aux plantes)

L’anthropomorphisme et le polythéisme, (croire en plusieurs dieux) voilà les deux piliers sur lesquels étaient édifiées toutes les religions du temps, toutes les religions du monde alors connu. Non seulement celles-ci pensaient que le nom et la qualité de "dieu " étaient partagés par un nombre parfois assez élevé de personnes, de "dieux ". Mais encore, dans leur conception, ces dieux n’étaient imaginables qu’à partir de notre propre image et figure humaine ; c’étaient comme des hommes plus grands, plus puissants, plus intelligents que nous, dotés de pouvoirs bien supérieurs aux nôtres et plus durables que nous (ils étaient immortels). Mais en fin de compte, ils étaient comme nous, puisqu’on les imaginait tous sous une forme et une figure radicalement humaines.

C’est en 1872 qu’une extraordinaire découverte a établi de façon irréfutable que la Bible n’était pas le plus vieux livre du monde, le "Livre" unique et surnaturel.

L’anglais George Smith, un des premiers déchiffreurs des textes cunéiforme (écriture en forme de clous), a présenté en effet, parmi les tablettes rapportées de Ninive à Londres, un récit du déluge plus ancien et qui répondait, jusque dans le détail, à celui de la Bible. Avec cette découverte capitale, George Smith venait de faire connaître un long passage de l’Epopée de Gilgamesh, dont on ne connaissait jusque là que quelques bribes. Dans un autre admirable mythe babylonien, le Poème du Supersage, contemporain de la plus ancienne version de Gilgamesh (2ème tiers du IIème millénaire) on retrouve un récit de la création de l’homme et de son anéantissement par un déluge qui ne peut que faire songer aux premiers chapitres de la Genèse : le Supersage était le Noé babylonien. Mais ces poèmes traduisent avant tout la religion et la "mentalité" locales.

Premièrement, ce n’est pas avant la seconde moitié du 1er millénaire avant notre ère qu’on peut parler de quelque chose qui évoquerait plus ou moins, en Grèce, un certain monothéisme. Nous sommes donc pas mal de siècles après Moïse, que du reste les Grecs ignoraient totalement, comme ils ignoraient la Bible et les religions du Proche-Orient. Mais surtout, il ne faut pas confondre le Dieu, objet d’une religion, et le concept ou l’idée d’un dieu né dans le cerveau d’un philosophe, dans le cadre de ses efforts pour penser et expliquer le monde.

Lorsqu’on parle de monothéisme, on est sur le plan religieux ; mais le "dieu des philosophes et des savants" par exemple, le souverain Bien de Platon ou l’Acte pur d’Aristote, n’est pas une divinité ; c’est une entité intellectuelle, un ensemble de notions pour expliquer raisonnablement le monde.

----
Question : Comment faites-vous ? pour vous y retrouver vous-mêmes ?


et

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une belle histoire de DIEU

Message  Stian le Lun 22 Avr 2013 - 14:01

Francesca !
A lire cette "Belle histoire de Dieu", on pourrait presque la considérer comme une approche de ton Post sur "Je suis".
Bonne journée

Stian

_________________
Le pouvoir n'est pas dans sa réalisation, mais dans sa retenue.
avatar
Stian

Messages : 210
Date d'inscription : 04/06/2012

http://sites.google.com/site/mescarnetsderecherche

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une belle histoire de DIEU

Message  Francesca le Mar 23 Avr 2013 - 7:19

Bien vu très cher stian ; cependant, tous nos écrits ne peuvent que nous ramener à l’essentiel n’est-ce pas !?
Tendresse Stian

----------

Malgré l’approche de Dieu par Moïse, il faut bien reconnaitre que la Bible fait étalage de toutes sortes de sentiments très humains n’est-ce pas …

Parler de la "colère" de Dieu, de sa bonté, de ses vengeances, de sa "jalousie" n’est pas plus anthropomorphiste qu’invoquer la "fureur" des vagues déchaînées ; on ne donne pas, ce faisant, une forme et une nature humaines à l’océan.

Ce sont là des métaphores, et non des identifications. On pouvait donc attribuer des sentiments et des comportements "humains", bons ou mauvais, à Yahvé, sans pour cela le supposer à notre image.

Depuis plus de cent cinquante ans environ, on a compris que les lires "historiques" de la Bible, surtout les cinq ou six premiers (Genèse à Josué), racontent une histoire d’Israël dont il a existé, dans la suite des temps, à partir du 9ème siècle, plusieurs présentations différentes, traduisant chacune la vision que l’on avait, au temps de sa composition, des choses, de Dieu, de l’histoire, de la religion…

Après la fin de l’Exil (5ème siècle) par piété et pour les conserver, on les a entrecroisées en un récit apparemment unique et suivi, mais où il est assez facile de discerner les vocabulaires, des images, des styles différents – sans qu’on puisse évidemment les couper au couteau et tenir le fin mot de leur identité et de leur composition. Le récit le plus ancien (9ème siècle) serait celui que, faute de mieux, on appelle Yahviste, parce qu’il nomme régulièrement Dieu par son "nom" de Yahvé. L’Elohiste, un siècle plus tard, l’appelle "Dieu" (Elohim, en hébreu). Le plus récent, après la fin de l’Exil, serait le Code sacerdotal et, avant lui, on trouve le Deutéronomiste, dont l’œuvre centrale est le Deutéronome (VIIème siècle).

Tout cela ne consiste qu’en une série de relectures…. Les origines et les grands moments de l’histoire des peuples sont toujours plus ou moins miraculeux…

Il y a sûrement une légende de Moïse, tout comme il y a une légende d’Abraham. Car nous n’en sommes pas si bien renseignés que nous le pensons. Ce qui est vrai et ce qui est faux en même temps, est peut-être bien l’Exode.

Vrais, parce que la présence d’une partie des Israélites en Egypte, leur mauvais traitement à un moment donné, leur évasion, sont des circonstances historiquement plausibles ; faux, parce que bien évidemment, l’affaire des plaies d’Egypte, de la mer qui s’ouvre et autres éléments tout à fait surnaturels c’est une légende qui a d’ailleurs donné lieu à un poème merveilleux (Exode 15,1-11)


Question : Qu’en pensez-vous ?

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une belle histoire de DIEU

Message  shamallo le Mer 24 Avr 2013 - 7:09

Merci pour cet interessant sujet.

Quelques remarques: Elohim signifie: Les Dieux, Eloha en est le singulier.

Yahvé s'écrit: IHWH, ou plutôt HWHI, l'Hébreu s'écrivant de droite à gauche. Le nom de Dieu ne doit pas être prononcé, sauf par les étudiants de Kabbala pour leurs travaux, ce fait est rappelé dans les écrits en Français courant: Dieu s'écrit: D. On le fait tout de même, évidemment, mais cela est considéré comme un simple bavardage.
Le sens d'une écriture a son importance, par exemple un livre japonais commence par ce qui est pour nous la dernière page.
De même, le syllogisme grec est considéré comme une figure étrange(ère) et n'était pas employé.
Ce qui correspond au syllogisme comprend 3, 4, ou 5 propositions, mais en ordre inverse:
1-Il y a le feu dans la montagne!
2-Parce qu'il y a de la fumée, quelque chose se produit.
3-Comme dans l'âtre, par exemple.

La logique hébraïque est encore différente de celle à laquelle le Français est habitué. Les textes thibétains relèvent encore d'autres points d'attache.

Sur les talismans, en magie, on écrit diversement selon le sens véhiculé: de droite à gauche, de gauche à droite, en croix, en cercle, voire en ligne flottante...La roue zodiacale se lit en cercle dans le sens des aiguilles d'une montre (sens du manifesté), dans le sens inverse (sens du non-manifesté), en croix, en diagonales, en parallèles (les antisces et contr'antisces), en rythmique (de x ° en x° répétés sur le cercle).

C'est pourquoi il faut être prudent dans l'approche des textes, des pratiques, et des traditions. Et, Smile , pour faciliter le travail, les textes de vulgarisation comportent toujours des erreurs intentionnelles, qui détournent le simple curieux et ne sont discernées que par l'étudiant initié et attentif.

Pour en revenir à l'Exode, cet épisode est célébré à la Pâques Juive, en un rituel antérieur au livre de ce nom. C'est une histoire de libération de l'esclavage, non pas seulement d'un peuple d'Israël historique, mais de l'homme lui même.
En kabbale on dit qu'il existe 72 niveaux d'interprétation des livres de la Bible...

Par exemple, Israël peut être aussi vu comme le 6ème chakra, l'Egypte comme à la fois les chakras inférieurs et les superstitions et préjugés, et la mer rouge comme la mer des émotions et des passions, qui, une fois ouverte, permet au peuple de regagner son pays d'élection. De même les plaies d'Egypte sont méditées.

Je continuerai ces remarques plus tard dans la rubrique des Anges, pour ne pas trop dévier de ton sujet.

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

shamallo

Messages : 954
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une belle histoire de DIEU

Message  Francesca le Ven 26 Avr 2013 - 7:46

Au-delà de la légende, nous pouvons reconnaître que Moïse était tout de même un révolutionnaire en son temps. Il a mené une révolution considérable, parce que jusque là tous les systèmes religieux connus étaient carrément polythéistes et anthropomorphiste.

Non seulement Moïse affirmait qu’il n’y avait qu’un seul dieu qui dût compter pour Israël, mais ce dieu, il le concevait tout à fait différemment des autres puissances divines jusqu’alors connues ; trop grand, trop sublime et trop loin de nous pour qu’on put se le représenter, en donner une image qui n’eut été en fin de compte que la nôtre seulement agrandies.

Dans le contexte des religions environnantes, c’était là une vision religieuse totalement renouvelée, et d’une grande profondeur spirituelle.

Moïse a aussi complètement transformé le culte de ce dieu sans image ; il a interdit les offrandes, les sacrifices et la splendeur du cérémonial, tous rites qui supposaient la satisfaction des besoins de Yahvé, lequel n’avait aucun besoin…. Désormais, on ne pourrait s’attacher à Lui qu’en obéissant à ses volontés, qui commandaient de tout consacrer à une conduite droite, en conformité avec un code éthique et social…

Voilà, quels sont à mes yeux, les deux points essentiels qui font de Moïse une figure unique ; son penchant initial vers une certaine unité de dieu, d’un dieu transcendant à l’homme, et sa religion morale…

Personnellement, Moïse m’a mise personnellement sur la voie par deux fois… une première fois en lisant son histoire dans les livres et une seconde fois car Moïse était également le prénom de mon père dcd maintenant ! Very Happy

Question : Et vous ? quel est celui dont le nom vous a mis sur la voie ??

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une belle histoire de DIEU

Message  shamallo le Ven 26 Avr 2013 - 7:54

Quel nom portait celui qui vous a mis sur la voie de celui qui est?
Je l'ai oublié! Peut être bien Anselme, comme Anselme de Canterberry. Mes parents ne prenaient guère le temps de s'occuper de moi dans l'enfance; puisque j'avais de bons résultats scolaires, ils estimaient que je me débrouillais bien toute seule, et qu'ils pouvaient me laisser seule et libre de mon emploi du temps... Un de leurs amis, heureusement, m'apportait quelque chaleur humaine en même temps que sa bibliothèque, qu'il m'a fait lire peu à peu. C'était un entrepreneur en bâtiment, franc-maçon âgé, moi un enfant, et j'ignore pourquoi à l'époque je m'obstinais à l'appeler Anselme, ce qui n'était pas du tout son nom civil! Disons Anselme, et que la paix soit avec lui.

shamallo

Messages : 954
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une belle histoire de DIEU

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum