Harmonie universelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Harmonie universelle

Message  solasido le Dim 11 Déc 2016 - 16:15

Bonjour à tous


Harmonie universelle
Oeuvre de Tchouang-tseu




Anamophose



Tchouang-tseu ou Zhuangzi, de son vrai nom Zhuāng Zhōu ,
est un penseur chinois du IVe siècle av. J.-C. à qui l'on attribue la paternité
d'un texte essentiel du taoïsme appelé de son nom – le Zhuangzi
– ou encore  le « Classique véritable de Nanhua », Nánhuá zhēnjīng.


Spoiler:

Addition généralisée



Maître K'i était assis sur un escabeau, les yeux levés au ciel,respirant faiblement.
Son âme devait être absente. Étonné, le disciple You qui le servait, se dit :
— Qu'est ceci ?
Se peut-il que, sans être mort, un être vivant devienne ainsi,
insensible comme un arbre desséché, inerte comme la cendreéteinte ?

Ce n'est plus mon maître.

— Si, dit Ki, revenant de son extase, c'est encore lui.
J'avais seulement,pour un temps, perdu mon moi.
Mais que peux-tu comprendre à cela, toi qui ne connais que les accords humains,
pas même les terrestres, encore moins les célestes ?

— Veuillez essayer de me faire comprendre par quelque comparaison, dit You

— Soit, dit maître K'i.

Le grand souffle indéterminé de la nature s'appelle vent.
Par lui-même le vent n'a pas de son. Mais, quand il les émeut,
tous les êtres deviennent pour lui comme un jeu d'anches.

Spoiler:

Les monts, les bois,les rochers, les arbres, toutes les aspérités,
toutes les anfractuosités,résonnent comme autant de bouches,
doucement quand le vent est doux, fortement quand le vent est fort.

Ce sont des mugissements, des grondements, des sifflements, des commandements,
des plaintes, des éclats, des cris, des pleurs. L'appel répond à l'appel. C'est un ensemble,
une harmonie. Puis, quand le vent cesse, tous ces accents se taisent.
N'as-tu pas observé cela, en un jour de tempête ?

— Je comprends, dit You.
Les accords humains sont ceux des instruments à musique faits par les hommes.
Les accords terrestres sont ceux des voix de la nature.
Mais les accords célestes, maître, qu'est-ce ?

— C'est, dit maître K'i, l'harmonie de tous les êtres,
dans leur commune nature, dans leur commun devenir.

Là, pas de contraste, parce que pas de distinction.
Embrasser, voilà la grande science, la grande parole.


Distinguer, c'est science et parler d'ordre inférieur.


« Tout est un. Durant le sommeil, l'âme non distraite s'absorbe dans cette unité ;
durant la veille, distraite, elle distingue des êtres divers.

Spoiler:

« Et quelle est l'occasion de ces distinctions ?
Ce qui les occasionne, ce sont l'activité, les relations, les conflits de la vie.

De là les théories, les erreurs.

Du tir à l'arbalète fut dérivée la notion du bien et du mal.
Des contrats fut tirée la notion du droit et du tort.

On ajouta foi à ces notions imaginaires ;
on a été jusqu'à les attribuer au Ciel.

Impossible désormais d'en faire revenir les humains.
Et cependant, oui, complaisance et ressentiment, peine et joie,
projets et regrets ; passion et raison, indolence et fermeté, action et paresse,
tous les contrastes, autant de sons sortis d'un même instrument, autant de champignons
nés d'une même humidité, modalités fugaces de l'être universel.

Dans le cours du temps, tout cela se présente.
D'où est-ce venu ? C'est devenu !
C'est né, entre un matin et un soir, de soi-même,
non comme un être réel, mais comme une apparence.





Il n'y a pas d'êtres réels distincts.
Il n'y a un moi, que par contraste avec un lui.

Lui et moi n'étant que des êtres de raison, il n'y a pas non plus, en réalité,
ce quelque chose de plus rapproché qu'on appelle le mien,
et ce quelque chose de plus éloigné qu'on appelle le tien.


« Mais qui est l'agent de cet état de choses, le moteur du grand Tout ?
Tout se passe comme s'il y avait un vrai gouverneur,
mais dont la personnalité ne peut être constatée.

L'hypothèse expliquant les phénomènes est acceptable, à condition
qu'on ne fasse pas, de ce gouverneur universel,  un être matériel distinct.

Il est une tendance sans forme palpable, la norme inhérente à l'univers,
sa formule évolutive immanente. Les normes de toute sorte, comme celle
qui fait un corps de plusieurs organes , une famille de plusieurs personnes,
un état de nombreux sujets, sont autant de participations du recteur universel ainsi entendu.

Spoiler:


Ces participations ne l'augmentent ni ne le diminuent, car elles sont communiquées par lui,
non détachées de lui. Prolongement de la norme universelle, la norme de tel être,
qui est son être, ne cesse pas d'être quand il finit.

Elle fut avant lui,elle est après lui, inaltérable, indestructible.
Le reste de lui ne fut qu'apparence.

C'est de l'ignorance de ce principe que dérivent toutes les peines et tous les chagrins des hommes,
lutte pour l'existence, crainte de la mort, appréhension du mystérieux au delà.

L'aveuglement est presque général, pas universel toutefois.
Il est encore des hommes, peu nombreux, que le traditionalisme conventionnel
n'a pas séduits, qui ne reconnaissent de maître que leur raison, et qui, par l'effort de cette raison,
ont déduit la doctrine exposée ci-dessus, de leurs méditations sur l'univers.

Spoiler:



Ceux là savent qu'il n'y a de réel que la norme universelle.
Le vulgaire irréfléchi croit à l'existence réelle de tout.

L'erreur moderne a noyé la vérité antique.
Elle est si ancrée, si invétérée, que les plus grands sages au sens du monde,
U le Grand y compris , en ont été les dupes.

Pour soutenir la vérité, je me trouve presque seul.

« Mais, me dira-t-on, si tout est un, si tout se réduit à une norme unique,
cette norme comprendra simultanément la vérité et l'erreur, tous les contraires :
et si les faits dont les hommes parlent sont irréels, la parole humaine n'est donc qu'un vain son,
pas plus qu'un caquetage de poule.

Spoiler:



« Je réponds, non, il n'y a d'erreur dans la norme, que pour les esprits bornés ;
oui, les distinctions des disciples de Confucius et de Mei-tzeu ne sont que de vains caquets.

« Il n'y a, en réalité, ni vérité ni erreur, ni oui ni non, ni autre distinction quelconque, tout étant un,
jusqu'aux contraires. Il n'y a que des aspects divers, lesquels dépendent du point de vue.

De mon point de vue, je vois ainsi ; d'un autre point de vue, je verrais autrement.
Moi et autrui sont deux positions différentes, qui fout juger et parler différemment de ce qui est un.

Ainsi parle-t-on de vie et de mort, de possible et d'impossible, de licite et d'illicite.
On discute, les uns disant oui, et les autres non.

Erreurs d'appréhension subjectives, dues au point de vue.
Le Sage, au contraire,commence par éclairer l'objet avec la lumière de sa raison.

Spoiler:


Il constate d'abord que ceci est cela, que cela est ceci, que tout est un.
Il constate ensuite qu'il y a pourtant oui et non, opposition, contraste.

Il conclut à la réalité de l'unité, à la non réalité de la diversité.
Son point de vue à lui. c'est un point, d'où ceci et cela, oui et non,
paraissent encore non distingués. Ce point est le pivot de la norme.

C'est le, centre immobile d'une circonférence, sur le contour de laquelle
roulent toutes les contingences, les distinctions et les individualités ;
d'où l'on ne voit qu'un infini, qui n'est ni ceci ni cela, ni oui ni non.

Tout voir, dans l'unité primordiale non encore différenciée,
ou d'une distance telle que tout se fond en un, voilà la vraie intelligence.

Les sophistes se trompent, en cherchant à y arriver par des arguments positifs et négatifs,
par voie d'analyse ou de synthèse. Ils n'aboutissent qu'à des manières de voir subjectives,
lesquelles, additionnées, forment l'opinion, passent pour des principes.


Comme un sentier est formé par les pas multipliés des passants,
ainsi les choses finissent par être qualifiées d'après ce que beaucoup en ont dit.

C'est ainsi, dit-on, parce que c'est ainsi ; c'est un principe.
— Ce n'est pas ainsi, dit-on, parce que ce n'est pas ainsi ; c'est un principe.

Spoiler:


En est-il vraiment ainsi dans la réalité ?
Pas du tout. Envisagées dans la norme, une paille et une poutre,
un laideron et une beauté, tous les contraires sont un.

La prospérité et la ruine, les états successifs, ne sont que des phases ;
tout est un. Mais ceci, les grands esprits seuls sont aptes à le comprendre.


Ne nous occupons pas de distinguer, mais voyons tout dans l'unité de la norme.
Ne discutons pas pour l'emporter, mais employons, avec autrui, le procédé de l'éleveur de singes.

Cet homme dit aux singes qu'il élevait : je vous donnerai trois taros le matin, et quatre le soir.
Les singes furent tous mécontents. Alors, dit-il, je vous donnerai quatre taros le matin, et trois le soir.

Les singes furent tous contents. Avec l'avantage de les avoir contentés, cet homme ne leur donna
en définitive par jour, que les sept taros qu'il leur avait primitivement destinés.

Ainsi fait le Sage.
Il dit oui ou non, pour le bien de la paix, et reste tranquille au centre de la roue universelle,
indifférent au sens dans lequel elle tourne.


Bien à chacun et à tous
Souriante journée
Merci beaucoup







_________________
Celui qui voit un problème et ne fait rien fait partie
d'une solution regardée avec les yeux du passé. Gandhi
avatar
solasido

Messages : 657
Date d'inscription : 08/01/2013

http://taosophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum