Une place dans la fratrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une place dans la fratrie

Message  Francesca le Ven 8 Fév 2013 - 6:23



La position qui est la nôtre au sein de la famille ainsi que les projets parentaux qui y sont intimement liés auront des incidences durables, voire définitives sur nos vies influençant notre insertion professionnelle et sociale.
Les premières relations que l'enfant met en place sont celles qu'il crée avec ses parents. Il va y faire référence tout au long de sa vie s'y opposant ou en y adhérant , jusqu'au jour où, faisant un travail sur lui-même, il relativisera ces habitudes de fonctionnement, il pourra alors non pas les faire disparaître mais s'en libérer un peu.

Quelles sont les spécificités le plus souvent rencontrées liées à la place dans la fratrie ?
Le statut d'aîné

Il porte souvent les désirs conscients et inconscients des parents. Ex : ce qu'ils n'ont pas pu avoir ou n'ont pas pu être.

Il peut aussi être vécu comme le prolongement des parents, ceux-ci lui donnant les responsabilités qu'ils n'arrivent pas à assumer seuls. Ex : soin des frères et soeurs.

Il arrive souvent d'entendre, des ainés parlant de leurs frères et sœurs :
« On m'a demandé de les soigner, de les porter, on m'a rendu responsable de leurs bêtises. On m'a demandé d'être pour eux un modèle. C'était trop lourd !. Pas étonnant que je me sente toujours écrasé ! incompétent ! Pas étonnant que je secoue les autres en permanence sans pouvoir penser à moi. Que je me sente responsable et coupable tout le temps ! Je suis dans le rôle qu'on m'a donné »

Les parents nouent avec l'ainé(e)une relation fortement imprégnée de celle qu'ils avaient eu avec leur mère pour la 1ère fille, leur père pour le 1er fils.

Certaines personnes jeunes viennent en psychanalyse avant d'avoir des enfants pour ne pas reproduire avec eux les modes de fonctionnement établis dans l'enfance avec les membres de leur famille.

Cependant être l'aîné comporte un gros avantage, celui d'être ‘le plus grand', place enviée par le plus petit. Ce statut prédispose souvent, en insertion professionnelle, aux postes à responsabilités et aux emplois sociaux.

‘Le petit' ou le plus jeune aura l'avantage de bénéficier de ce que les parents auront vu de leurs erreurs avec les grands. Mais d'autres erreurs seront fréquentes :

On dit souvent que le dernier profite de plus de souplesse, moins d'autoritarisme de leur part. C'est le cas lorsque les parents ont eu le nombre d'enfant souhaité. Par contre s'ils restent dans la frustration, ils ont tendance, inconsciemment, à l'empêcher de grandir ; l'enfant se sent ‘le petit', le ‘moins fort', ‘moins intelligent', moins... Et il peut avoir de la difficulté à prendre sa place sociale.

J'avais dans ma clientèle une patiente qui avait trois doctorats et qui continuait à se sentir ‘petite' !
Dans les familles où le nombre d'enfants est impair, il y a un enfant au milieu qui sépare le groupe des grands du groupe des plus jeunes. Cet enfant sera, le plus souvent, épargné des projets des parents, surtout si, avant lui se trouvent déjà garçon et fille.

Mais, l'enfant, les percevant moins motivés à s'occuper de lui, peut se sentir moins aimé.. Il sera davantage ‘l'original, l'artiste', il aura plus de liberté intérieure. Mais, ni dans les grands, ni dans les petits il se sent un peu seul, différent.

Une cliente était la septième d'une famille agricultrice de treize enfants. Elle était « transparente » autant dans les groupes qu'elle fréquentait qu'au sein de sa famille. Mais après un travail sur elle-même, elle s'est découverte artiste et est devenue styliste.

Les autres enfants trouvent leur place à leur façon.

Et l'enfant unique ?

Il a évidemment plus tendance à se croire le centre de l'univers puisqu'il est le seul vers lequel convergent les regards des parents. Cependant l'enfant unique est-il plus sûr de lui ? En sera-t-il plus solide ? Il semble qu'il soit plus confiant dans son importance mais il a souvent beaucoup besoin du regard des autres pour se situer.
En étant seul dans son monde au côté de deux adultes, l'enfant unique perd quelque chose car même si la fratrie est aussi une source de conflits, on y apprend la vie en société.

Il est donc très important de l'intégrer très jeune dans des groupes où il vivra une socialisation par la relation d'égal à égal : crêche, halte-garderie...

Existe-t-il un nombre souhaitable pour composer une fratrie ?

Le nombre importe peu. Il y a de grandes familles heureuses et de petites familles heureuses. Ce qui importe, c'est que les parents aient autant que possible le nombre d'enfants qu'ils souhaitent avoir et qu'ils puissent l'assumer en ayant une relation individuelle à chacun.

Si on ne les a pas tous désirés ?

Il faudra les adopter deux fois au lieu d'une ! Une première fois parce qu'on ne les a pas prévus, une seconde fois parce qu'ils ne seront de toute façon pas comme prévu, qu'on les ait voulus ou non !
« On sait qu'on aime quelqu'un quand on l'aime encore alors qu'il nous a déçu »

Existe-t-il un espacement souhaitable entre deux enfants de la fratrie ?
Oui.
Le petit enfant ne s'aperçoit pas qu'il existe des relations extérieures à lui avant deux ans et demi, trois ans. Il se sent le centre du monde. Lorsqu'il s'aperçoit qu'entre son père et sa mère (beau-père, belle-mère), il existe une relation, ça le dérange et veut la casser en se mettant au milieu. Si les parents savent leur faire vivre que ce n'est pas possible (Ex : en ne le laissant pas entre eux dans le lit sur le canapé, en lui disant que là n'est pas sa place, mais aussi en le rassurant sur l'amour qu'il lui porte) il sera triste quelques semaines, sera peut-être un peu malade mais il acceptera qu'il y ait des choses dans la vie dans lesquelles il n'a rien à voir. L'enfant ‘fera son deuil'.
Dégagé de la préoccupation à être le centre du monde, rassuré qu'il est toujours aimé, il lui vient le désir de grandir, d'apprendre, il devient apte à l'apprentissage, apte à entrer à l'école.

Du même coup, c'est à partir de là qu'il est prêt à accepter que ses parents créent une nouvelle relation avec un petit frère. Certes, à l'arrivée du plus jeune, il y aura un peu de jalousie mais sans grand dommage, sans grand drame.

Quand la famille se recompose, que fait-on de la place de chacun ?

Toucher à la place d'un enfant, c'est lui faire perdre sa place, cela peut entraîner des maladies très graves...le rendre agressif, violent pour la vie.
Le plus souhaitable, il me semble, est de faire vivre aux enfants que 2 fratries, sans en modifier la structure, vont désormais cohabiter, sans plus.

Laisser à chacun la liberté et le temps d'établir avec ces « nouveaux venus » ( y compris le beau-père ou la belle -mère) la relation qui lui est propre. Les sentiments ne se commandent pas, on ne devient pas frère ou sœur ou « enfant de », parce que les parents sont devenus amoureux l'un de l'autre. Il en est de même pour les beaux-parents : on n'est pas maître de ses sentiments envers les beaux-enfants.

Le respect des sentiments, quelqu'ils soient, de chacun est le facteur indispensable pour favoriser les bonnes relations et la survenue éventuelle de sympathie voire plus.

Bien entendu, il va de soi, que chacun respecte les règles sociales de politesse, non-agression physique, liberté de parole mais sans insulte.

Nous voyons donc que :
La place dans la fratrie est un acquis à la naissance, un repère, il ne doit pas être remis en question sauf pour le plus jeune qui peut vivre l'arrivée d'un plus petit que lui, il devient le plus grand par rapport au nouvel arrivant. Grandir est valorisant, c'est dans l'ordre des choses donc supportable même s'il en est dérangé.
Ceci est vrai aussi pour les enfants adoptifs : quand on adopte un enfant, il est important qu'il soit plus jeune que le dernier de la famille.

Si, dans certaines familles, les choses ne se sont pas passées ainsi, il est important que l'enfant traumatisé et les parents soient suivis pour l'aider à se faire une place afin de ne pas avoir à la faire dans la violence ou la maladie.

Minou Poirier
Médecin psychanalyste, psychosomaticienne
http://minoupoirier.e-monsite.com/
RACONTEZ-NOUS VOTRE EXPERIENCE !!! cheers

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5885
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une place dans la fratrie

Message  solasido le Sam 9 Fév 2013 - 7:47



tous

Méditation Tchan



1. Peut-être avez-vous souhaité avoir des enfants ?
Si oui, examinez les raisons de ce souhait dans leur totalité. Sinon, examinez aussi vos raisons.

Nous disions précédemment que bien que dérivant des kouas du Yi-King,
la parenté des jian-yi avec ceux-ci n'était pas toujours évidente.

Ce n'est pas le cas ici car le premier hexagramme du Yi-King, Kien,
évoque précisément le Créateur (Le père ou le Ciel qui engendre et fertilise Kouen, le Réceptif, la Mère, la Terre)
et le jian-yi N° 1 se rapporte au souhait d'avoir (ou de ne pas avoir) de descendance.



La question se pose ainsi : ai-je souhaité avoir des enfants ? Oui ? En ce cas, pourquoi ?
N'ai-je pas, plus ou moins consciemment, estimé qu'ils réussiraient peut-être mieux que moi dans l'existence
et ne me suis-je pas ainsi donné, par enfants interposés, une chance de plus ?

Bien des perspectives sont ouvertes.

Il convient donc de vérifier si quelque motif de convenance personnelle n'est pas à l'origine de ce souhait.
La recherche d'affection peut-être ?
Quelle part faire à ce que l'on nomme altruisme et égoïsme dans cette recherche ?

—Qui a souhaité ne pas avoir d'enfant peut avoir été mû par l'idée, respectable certes,
que tout être humain est assuré de souffrir mais non d'être heureux.

Mais une telle attitude ne masque-t-elle pas une fuite en avant devant les responsabilités ?

—Enfin, il se trouve que bien des gens seront tout à fait incapables de se donner à eux-mêmes
les raisons pour lesquelles ils ont désiré avoir des enfants.

La plupart de ces derniers penseront : parce qu'il naturel d'avoir des enfants,
sans songer que l'homme est précisément la seule créature chez laquelle
il est « naturel de composer avec la nature » —autrement dit : de réfléchir avant d'agir,
même si cette réflexion est dictée par le conditionnement.

Qui a eu des enfants parce que « c'est naturel » a agi par conformisme,
ce qui constitue une faute relevant du manque de vigilance :
qui a des enfants « parce qu'il doit en être ainsi » dit un axiome ne vit pas mais « est vécu ».


Bon présent à tous
avatar
solasido

Messages : 657
Date d'inscription : 08/01/2013

http://taosophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une place dans la fratrie

Message  mimine le Sam 9 Fév 2013 - 11:44

Bonjour à vous tous, je prends un peu de temps pour être parmi vous et donner mon expérience de la fratrie.
Je suis la dernière d'une fratrie de trois et j'ai deux frères au dessus de moi. On a respectivement 3 ans 1/2 et 7 ans d'écart. J'ai toujours trouvé que la position de l'enfant du milieu était la plus perturbante psychologiquement, je m'explique, mon frère a été toujours capricieux, à pleurer dans les jupes de ma maman et encore maintenant à 43 ans, il a toujours obtenu ce qu'il voulait par le vis, je sais qu'être l'enfant du milieu n'est pas facile dans le sens où il n'est pas l'ainé donc pas l'exemple, et pas le dernier donc pas le préféré dans son esprit, mes relations avec lui ont toujours été tendues, aujourd'hui encore, il me reproche depuis des lustres d'avoir été la préféré, il jalouse ma vie et critique souvent ce que je suis ou ma vie, donc nos conversations tournent courts car je n'ai plus le temps de m'arrêter à ses détails pour moi et à cette grande souffrance pour lui. Je suis plus proche de mon aîné et vis versa, mon aîné n'ai pas proche de mon frère cadet car nos vies se ressemblent beaucoup.
Je me suis interressée à cette position et j'ai rencontré des gens dans cette position du milieu et ils avaient souvent le même profile psychologique, reprochant les mêmes choses à leur aîné et à leur benjamin et faisant tout auprès de la mére pour lui attirer les faveurs.
A mon tour je suis devenue maman et il est vrai qu'avoir 3 enfants n'ai pas dans mes projets car je n'ai pas envie d'avoir un enfant qui souffre de cette position du "cul entre deux chaises" car j'ai pris vite conscience du mal être de mon frère du dessus. Ne pas reproduire pour ne pas souffrir.
J'ai deux enfants de deux unions différentes, ils ont 16 ans et 16 mois, un garçon et une fille, l'un est l'autre sont en admirations, mon fils adore sa soeur et ma fille idolatre son frère.
Mon aîné sait qu'il est là par amour, qu'il a été conçu dans l'amour, qu'il est une prolongation de l'amour que nous avions son père et moi, il sait aussi que sa soeur est là pour les mêmes raisons que lui.
La fratrie on pourrait en parler pendant des heures, il me semble important de dire à nos enfants pourquoi ils sont là, comment ils sont arrivés dans notre vie pour qu'ils puissent avancer avec un bon équilibre psychologique.
Pour ma part je suis arrivée en troisième position car mon pére dès la première grossesse de ma maman souhaitait une fille et je ne suis venue qu'au bout de trois essais. Je n'ai pas eu de préférence, j'ai été élevée comme un gars et été rebelle.
Il est vrai que je n'ai pas reproduit la façon dont j'ai été élevé, mais ceci est le propre de ma personne.
Dire à nos enfants qu'on les aime est important, dire à nos frères et soeurs qu'on les aime aussi même si nous avons été imposés par nos parents est primordial pour l'équilibre de tous.
Et vu qu'il n'y a pas de hasard dans la vie, si je suis ici et dans cette position c'est qu'il y a bien une raison.

_________________
Un tien vaut mieux que deux tu l'auras
avatar
mimine

Messages : 46
Date d'inscription : 11/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une place dans la fratrie

Message  Francesca le Dim 10 Fév 2013 - 8:48

Oh c’est génial que tu ais abordé ce sujet mimine…

effectivement ce que tu dis sur l’enfant du milieu, je l’ai également constaté, mais trop tard… en ce qui concerne ma seconde fille justement !

Mais par contre, à la différence malgré tout que mes trois filles sont extrêmement liées ; mais psychologiquement il est vrai que c’est souvent la seconde qui a du mal à "exister" comme on dit !

Comment pourraient-on remédier à cela ? scratch

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5885
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une place dans la fratrie

Message  solasido le Dim 10 Fév 2013 - 20:31

Francesca a écrit:
Comment pourraient-on remédier à cela ? scratch
Il semblent que les transformations des 64 trigrammes parlent un peu de cela

avatar
solasido

Messages : 657
Date d'inscription : 08/01/2013

http://taosophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une place dans la fratrie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum