Veillée d'hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Veillée d'hiver

Message  shamallo le Dim 10 Fév 2013 - 21:36

Quelques pages tirées du "Symbolisme de la Croix", de René Guénon.

En sanskrit, sûtra signifie proprement "fil" (latin sutura, arabe surat): un livre peut être formé par un ensemble de sûtras, comme un tissu est formé par un assemblage de fils; tantra a aussi le sens de "fil" et celui de "tissu", et désigne plus spécialement la "chaine" d'un tissu. De même, en Chinois, king est la chaîne d'une étoffe, et wei est sa trame; le premier de ces deux mots désigne en même temps un livre fondamental, et le second désigne ses commentaires. Cette distinction de la chaîne et de la trame dans l'ensemble des écritures traditionnelles correspond , suivant la terminologie hindoue, à celle de la shruti , qui est le fruit de l'inspiration directe, et de la smirti, qui est le produit de la réflexion s'exerçant sur les données de la shruti.

Pour bien comprendre la signification de ce symbolisme, il faut remarquer tout d'abord que la chaine, formée de fils tendus sur le métier, représente l'élément immuable et principiel, tandis que les fils de la trame, passant entre ceux de la chaîne par le va et vient de la navette, représentent l'élément variable et contingent, c'est à dire les applications du principe à telles ou telles condition particulières.
D'autre part, si l'on considère un fil de la chaine et un fil de la trame, on s'aperçoit immédiatement que leur réunion forme la croix, dont ils sont respectivement la ligne verticale et la ligne horizontale; et tout point du tissu étant ainsi le point de rencontre de deux fils perpendiculaires entre eux, est par là même le centre d'une telle croix. Or, suivant le symbolisme général de la croix, la ligne verticale représente ce qui unit entre eux tous les états d'un etre ou tous les degrés de l'Existence, en reliant leurs points correspondants, tandis que la ligne horizontale représente le développement d'un de ces états ou de ces degrés. (...) on peut dire que le sens horizontal figurera par exemple l'état humain, et le sens vertical ce qui est transcendant par rapport à cet état; ce caractère transcendant est bien celui de la shruti, qui est essentiellement "non-humaine", tandis que la smirti comporte les applications à l'ordre humain et est le produit de facultés spécifiquement humaines.
[img][/img]
La ligne verticale représente le principe actif ou masculin, et la ligne horizontale le principe passif ou féminin, toute manifestation étant produite par l' influence "non-agissante" du premier sur le second.

Or, d'un autre coté, la shruti est assimilée à la lumière directe, figurée par le soleil, et la smirti à la lumière réfléchie, figurée par la lune.

Le symbolisme du tissage est employé pour représenter le monde, ou plus exactement l'ensemble de tous les mondes, c'est à dire des états ou des degrés, en multitude indéfinie(et non infinie, n sham), qui constituent l'Existence universelle.
Ainsi, dans les Upanishads, Brahma est désigné comme "Ce sur quoi les mondes sont tissés, comme chaîne et trame".
D'autre part, d'après la doctrine taoiste, tous les êtres sont soumis à l'alternance continuelle des deux états de vie et de mort, (condensation et dissipation, vicissitudes du yang et du yin); et les commentaires appellent cette alternance " le va et vient de la navette sur le métier à tisser cosmique."
L'Univers lui même est parfois symbolisé par un livre: le Liber Mundi des Rose+Croix, le Liber Vitae de l'Apocalypse.
A ce point de vue encore, les fils de la chaine, par lesquels sont reliés les points correspondants dans tous les états, constituent le Livre sacré par excellence, qui est l'archétype de toutes les écritures traditionnelles, et dont celles ci ne sont que des expressions en langage humain; les fils de la trame, dont chacun est le déroulement des évènements dans un certain état, en constituent le commentaire , en ce sens qu'ils donnent les applications relatives aux différents états; tous les évènements, envisagés dans la simultanéité de "l'intemporel", sont ainsi inscrits dans ce Livre, dont chacun est pour ainsi dire un caractère, s'identifiant d'autre part à un point du tissu.

Une autre forme est, dans la tradition hindoue, l'image de l'araignée tissant sa toile, image d'autant plus exacte qu'elle tire sa toile de sa propre substance.
En raison de la forme circulaire de la toile, qui est d'ailleurs le schéma plan du sphéroide cosmogonique, c'est à dire de la sphère non fermée à laquelle nous avons fait allusion la chaine est représentée par ici par les fils rayonnants autour du centre, et la trame par les fils disposés en circonférence sur la trame concentrique.
[img][/img]

En résumé, on peut dire que la chaine, ce sont les principes qui relient entre eux tous les mondes ou tous les états, chacun de ces fils reliant des points correspondants dans ces différents états, et que la trame, ce sont les ensembles d'évènements qui se produisent dans chacun des mondes, de sorte que chaque fil de cette trame est le déroulement des évènements dans un monde déterminé.
A un autre point de vue, on peut dire encore que la manifestation d'un être dans un certain état d'existence est, comme tout évènement quelqu'il soit, déterminée par la rencontre d'un fil de la chaine avec un fil de la trame. Chaque fil de la chaine est alors un etre envisagé dans sa nature essentielle, qui, en tant que projection directe du "Soi" principiel, fait le lien de tous ces états, maintenant son unité propre à travers leur indéfinie multiplicité.
Dans ce cas, le fil de la trame que ce fil de la chaîne rencontre en un certain point correspond à un état défini d'existence, et leur intersection détermine les relations de cet être, quant à sa manifestation dans cet état avec le milieu cosmique dans lequel il se situe sous ce rapport. La nature individuelle d'un etre humain, par exemple, est la résultante de la rencontre de ces deux fils; en d'autres termes, il y aura toujours lieu d'y distinguer deux sortes d'éléments, qui devront être respectivement au sens vertical et au sens horizontal: les premiers expriment ce qui appartient en propre à l'etre considéré, tandis que les seconds proviennent des conditions du milieu.
Ajoutons que les fils dont est formé le "tissu du monde" sont encore désignés comme les "cheveux de Shiva"; on pourrait dire que ce sont en quelque sorte les "lignes de force" de l'Univers manifesté, et que les directions de l'espace sont leur représentation dans l'ordre corporel."
On retrouve ce symbolisme dans le mythe des Parques grecques, mais celui ci ne se rapporte qu'aux fils de la trame, et son caractère "fatal" s'explique par cette absence de la chaine, c'est à dire que l'être est envisagé seulement dans son état individuel. Platon appelle l'axe vertical du monde le "fuseau de la nécessité": c'est un axe de diamant; la Parque Clotho le fait tourner de la main droite, donc de droite à gauche. Le symbole thibétain du vajra est celui du diamant foudre.

Ce cher bon vieux Shiva


[img][/img]

qu'il veille sur la nuit Rolling Eyes magique

shamallo

Messages : 954
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum