Une entrée dans le monde des Esprits

Aller en bas

Une entrée dans le monde des Esprits

Message  Francesca le Dim 21 Avr 2013 - 8:09

Communication spontanée 2 avec SIXDENIERS.
Homme de bien, mort par accident, et connu du médium de son vivant.
(Bordeaux, 11 février 1861.)


D. Pouvez-vous me donner quelques détails sur votre mort ?

R. Une fois noyé, oui.

D. Pourquoi pas avant ?

R. Tu les connais. (Le médium les connaissait effectivement.)

D. Veuillez donc me décrire vos sensations après votre mort ?

R. J’ai été longtemps avant de me reconnaître, mais avec la grâce de Dieu et l’aide de ceux qui m’entouraient, quand la lumière s’est faite, j’ai été inondé. Tu peux espérer : tu trouveras toujours plus que tu n’attendras. Rien de matériel ; tout frappe les sens cachés ; ce que ne peut toucher ni l’oeil ni la main ; me comprends-tu ? C’est une admiration spirituelle qui dépasse votre entendement, parce qu’il n’y a pas de mots pour l’expliquer : cela ne peut se sentir qu’avec l’âme.

Mon réveil a été bien heureux.

La vie est un de ces rêves que, malgré l’idée grotesque que l’on attache à ce mot, je ne puis qualifier que d’affreux cauchemars. Rêve que tu es enfermée dans un cachot infect, que ton corps rongé par les vers qui s’introduisent jusque dans la moelle des os, est suspendu sur une fournaise ardente ; que ta bouche desséchée ne trouve même pas l’air pour la rafraîchir ; que ton Esprit frappé d’horreur ne voit autour de toi que des monstres prêts à te dévorer ; figure-toi enfin tout ce que le fantastique du rêve peut enfanter de plus hideux, de plus horrible, et trouve-toi tout à coup transportée dans un Eden délicieux. Eveille-toi entourée de tous ceux que tu as aimés et pleurés ; vois autour de toi leurs visages adorés te sourire avec bonheur ; respire les parfums les plus suaves, rafraîchis ta gorge desséchée à la source d’eau vive ; sens ton corps élevé dans l’espace infini qui le porte et le berce comme le fait la brise d’une fleur détachée de la cime d’un arbre ; sens-toi enveloppée de l’amour de Dieu comme l’enfant qui naît est enveloppé de l’amour de sa mère, et tu n’auras qu’une idée imparfaite de cette transition. J’ai tâché de t’expliquer le bonheur de la vie qui attend l’homme après la mort de son corps, mais je n’ai pas pu. Explique-t-on l’infini à celui qui a les yeux fermés à la lumière et dont les membres n’ont jamais pu sortir du cercle étroit où ils sont enfermés ? Pour t’expliquer le bonheur éternel, je te dirai - : aime ! car l’amour seul peut le faire pressentir ; et qui dit amour, dit absence d’égoïsme.

D. Votre position a-t-elle été heureuse dès votre entrée dans le monde des Esprits ?

R. Non ; j’ai eu à payer la dette de l’homme. Mon coeur m’avait fait pressentir l’avenir de l’Esprit, mais je n’avais pas la foi. J’ai dû expier mon indifférence pour mon Créateur, mais sa miséricorde m’a tenu compte du peu de bien que j’avais pu faire, des douleurs que j’avais éprouvées avec résignation malgré ma souffrance, et sa justice qui tient une balance que les hommes ne comprendront jamais, a pesé le bien avec tant de bonté et d’amour, que le mal a été vite effacé.

D. Voudriez-vous me donner des nouvelles de votre fille ? (morte quatre ou cinq ans après son père.) -

R. Elle est en mission sur votre terre.

D. Est-elle heureuse comme créature ? Je ne veux pas vous faire de question indiscrète.

R. Je le sais bien ; est-ce que je ne vois pas ta pensée comme un tableau devant mes yeux ? Non, comme créature elle n’est pas heureuse, au contraire ; toutes les misères de votre vie doivent l’atteindre ; mais elle doit prêcher d’exemple ces grandes vertus dont vous faites de grands mots ; je l’aiderai, car je dois veiller sur elle ; mais elle n’aura pas grand’peine à surmonter les obstacles ; elle n’est pas en expiation, mais en mission. Rassure-toi donc pour elle et merci de ton souvenir.

A ce moment, le médium éprouve une difficulté à écrire, et il dit : si c’est un Esprit souffrant qui m’arrête, je le prie de s’inscrire. –

R. Une malheureuse. –

D. Veuillez me dire votre nom.

R. Valérie.

D. Voulez-vous me dire ce qui a attiré le châtiment sur vous ?

R. Non.

D. Vous repentez-vous de vos fautes ? – R. Tu le vois bien.

D. Qui vous a amenée ici ? – R. Sixdeniers.

D. Dans quel but l’a-t-il fait ? – R. Pour que tu m’aides.

D. Est-ce vous qui m’avez empêchée d’écrire tout à l’heure ? – R. Il m’a mise à sa place.

D. Quel rapport y a-t-il entre vous ?

R. Il me conduit.

D. Demandez-lui de se joindre à nous pour la prière. – (Après la prière, Sixdeniers reprend )

Merci pour elle ; tu as compris, je ne t’oublierai pas ; pense à elle.

D. (A Sixdeniers.) Comme Esprit, avez-vous beaucoup d’Esprits souffrants à guider ?

R. Non ; mais sitôt que nous en avons ramené un au bien, nous en prenons un autre, sans pour cela abandonner les premiers.

D. Comment pouvez-vous suffire à une surveillance qui doit se multiplier à l’infini avec des siècles ?

R. Comprends que ceux que nous avons ramenés s’épurent et progressent ; donc, ils nous donnent moins de peine ; et en même temps nous nous élevons nous-mêmes et, en montant, nos facultés progressent, notre pouvoir rayonne en proportion de notre pureté.

Remarque. Les Esprits inférieurs sont donc assistés par de bons Esprits qui ont pour mission de les guider ; cette tâche n’est pas exclusivement dévolue aux incarnés, mais ceux-ci doivent y concourir, parce que c’est pour eux un moyen d’avancement. Lorsqu’un Esprit inférieur vient se mettre à la traverse d’une bonne communication, comme dans le cas présent, il ne le fait sans doute pas toujours dans une bonne intention, mais les bons Esprits le permettent, soit comme épreuve, soit afin que celui auquel il s’adresse travaille à son amélioration. Sa persistance, il est vrai, dégénère parfois en obsession, mais plus elle est tenace, plus elle prouve combien est grand le besoin d’assistance. C’est donc un tort de le rebuter ; il faut le regarder comme un pauvre qui vient demander l’aumône et se dire : C’est un Esprit malheureux que les bons Esprits m’envoient pour faire son éducation. Si je réussis, j’aurai la joie d’avoir ramené une âme au bien, et d’avoir abrégé ses souffrances. Cette tâche est souvent pénible ; il serait sans doute plus agréable d’avoir toujours de belles communications, et de ne converser qu’avec les Esprits de son choix ; mais ce n’est pas en ne cherchant que sa propre satisfaction, et en refusant les occasions qu’on nous offre de faire le bien, qu’on mérite la protection des bons Esprits.


-------
Extrait de LE CIEL ET L’ENFER SELON LE SPIRITISME par Allan Kardec
Lire le livre en son entier ici : http://spirite.free.fr/ouvrages/ciel.htm

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 6192
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Communication spontanée 4

Message  Francesca le Mar 30 Avr 2013 - 7:27


(communication spontanée avec MAURICE GONTRAN)

C’était un fils unique, mort à dix-huit ans d’une affection de poitrine. Intelligence rare, raison précoce, grand amour de l’étude, caractère doux, aimant et sympathique, il possédait toutes les qualités qui donnent les plus légitimes espérances d’un brillant avenir. Ses études avaient été terminées de bonne heure avec le plus grand succès, et il travaillait pour l’Ecole polytechnique. Sa mort fut pour ses parents la cause d’une de ces douleurs qui laissent des traces profondes, et d’autant plus pénibles qu’ayant toujours été d’une santé délicate, ils attribuaient sa fin prématurée au travail auquel ils l’avaient poussé, et se la reprochaient. «A quoi, disaient-ils, lui sert maintenant tout ce qu’il a appris ? Mieux eût valu qu’il fût resté ignorant, car il n’avait pas besoin de cela pour vivre, et sans doute il serait encore parmi nous ; il aurait fait la consolation de nos vieux jours.» S’ils eussent connu le Spiritisme, ils auraient sans doute raisonné autrement. Plus tard, ils y trouvèrent la véritable consolation. La communication suivante fut donnée par leur fils à un de leurs amis, quelques mois après sa mort :

D. : Mon cher Maurice, le tendre attachement que vous aviez pour vos parents fait que je ne doute pas de votre désir de relever leur courage, si cela est en votre pouvoir. Le chagrin, je dirai le désespoir où votre mort les a plongés, altère visiblement leur santé et leur fait prendre la vie en dégoût. Quelques bonnes paroles de vous pourront sans doute les faire renaître à l’espérance.

R. : Mon vieil ami, j’attendais avec impatience l’occasion que vous m’offrez de me communiquer. La douleur de mes parents m’afflige, mais elle se calmera quand ils auront la certitude que je ne suis pas perdu pour eux ; c’est à les convaincre de cette vérité qu’il faut vous attacher, et vous y arriverez certainement. Il fallait cet événement pour les amener à une croyance qui fera leur bonheur, car elle les empêchera de murmurer contre les décrets de la Providence. Mon père, vous le savez, était très sceptique à l’endroit de la vie future ; Dieu a permis qu’il eût cette affliction pour le tirer de son erreur.

Nous nous retrouverons ici, dans ce monde où l’on ne connaît plus les chagrins de la vie, et où je les ai précédés ; mais dites-leur bien que la satisfaction de m’y revoir leur serait refusée comme punition de leur manque de confiance en la bonté de Dieu. Il me serait même interdit, d’ici là, de me communiquer à eux pendant qu’ils sont encore sur la terre. Le désespoir est une révolte contre la volonté du Tout-Puissant, et qui est toujours punie par la prolongation de la cause qui a amené ce désespoir, jusqu’à ce qu’on se soit enfin soumis. Le désespoir est un véritable suicide, car il mine les forces du corps, et celui qui abrège ses jours avec la pensée d’échapper plus tôt aux étreintes de la douleur, se prépare les plus cruelles déceptions ; c’est, au contraire, à entretenir les forces du corps qu’il faut travailler pour supporter plus facilement le poids des épreuves.

Mes bons parents, c’est à vous que je m’adresse. Depuis que j’ai quitté ma dépouille mortelle, je n’ai pas cessé d’être auprès de vous, et j’y suis plus souvent que lorsque je vivais sur la terre. Consolez-vous donc, car je ne suis pas mort ; je suis plus vivant que vous ; mon corps seul est mort, mais mon Esprit vit toujours. Il est libre, heureux, à l’abri désormais des maladies, des infirmités et de la douleur. Au lieu de vous affliger, réjouissez-vous de me savoir dans un milieu exempt de soucis et d’alarmes, où le coeur est enivré d’une joie pure et sans mélange,

Oh ! mes amis, ne plaignez pas ceux qui meurent prématurément ; c’est une grâce que Dieu leur accorde de leur épargner les tribulations de la vie. Mon existence ne devait pas se prolonger plus longtemps cette fois sur la terre ; j’y avais acquis ce que j’y devais acquérir pour me préparer à remplir plus tard une mission plus importante. Si j’y avais vécu de longues années, savez-vous à quels dangers, à quelles séductions j’aurais été exposé ? Savez-vous que, si, n’étant pas encore assez fort pour résister, j’avais succombé, ce pouvait être pour moi un retard de plusieurs siècles ? Pourquoi donc regretter ce qui m’est avantageux ? Une douleur inconsolable, dans ce cas, accuserait un manque de foi et ne pourrait être légitimée que par la croyance au néant. Oh ! oui, ils sont à plaindre, ceux qui ont cette croyance désespérante, car pour eux il n’est point de consolation possible ; les êtres qui leur sont chers sont perdus sans retour ; la tombe a emporté leur dernière espérance !

D. : Votre mort a-t-elle été douloureuse ?

R. : Non, mon ami, je n’ai souffert qu’avant de mourir de la maladie qui m’a emporté, mais cette souffrance diminuait à mesure que le dernier moment approchait ; puis, un jour, je me suis endormi sans songer à la mort. J’ai rêvé ; oh ! un rêve délicieux ! Je rêvais que j’étais guéri ; je ne souffrais plus, je respirais à pleins poumons et avec volupté un air embaumé et fortifiant ; j’étais transporté à travers l’espace par une force inconnue ; une lumière éclatante resplendissait autour de moi, mais sans fatiguer ma vue. Je vis mon grand-père ; il n’avait plus la figure décharnée, mais un air de fraîcheur et de jeunesse ; il me tendit les bras et me serra avec effusion sur son coeur. Une foule d’autres personnes, au visage souriant, l’accompagnaient ; toutes m’accueillaient avec bonté et bienveillance ; il me semblait les reconnaître, j’étais heureux de les revoir, et tous ensemble nous échangions des paroles et des témoignages d’amitié. Eh bien ! ce que je croyais être un rêve était la réalité ; je ne devais plus me réveiller sur la terre : je m’étais réveillé dans le monde des Esprits.

D.: Votre maladie n’aurait-elle pas été causée par votre trop grande assiduité à l’étude ?

R. : Oh ! non, soyez-en bien persuadés. Le temps que je devais vivre sur la terre était marqué, et rien ne pouvait m’y retenir plus longtemps. Mon Esprit, dans ses moments de dégagement, le savait bien, et il était heureux en songeant à sa prochaine délivrance. Mais le temps que j’y ai passé n’a pas été sans profit, et je me félicite aujourd’hui de ne l’avoir pas perdu. Les études sérieuses que j’ai faites ont fortifié mon âme et ont augmenté mes connaissances ; c’est autant d’appris, et si je n’ai pu les appliquer dans mon court séjour parmi vous, je les appliquerai plus tard avec plus de fruit.

Adieu, cher ami, je vais auprès de mes parents, les disposer à recevoir cette communication.

signé MAURICE.

Extrait de LE CIEL ET L’ENFER SELON LE SPIRITISME par Allan Kardec

----------

ET VOUS LES AMIS !!

Que pensez-vous du spiritisme ?
Que pensez-vous de cette forme de communication ?

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 6192
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une entrée dans le monde des Esprits

Message  Ghislaine le Mar 30 Avr 2013 - 21:09

Very Happy



Que pensez-vous du spiritisme ?
Que pensez-vous de cette forme de communication ?





C'est quelle forme de communication ?

- le oui-ja ?

- l'écriture automatique ?

- le médium par sa transe ?



avatar
Ghislaine

Messages : 206
Date d'inscription : 17/03/2012

http://ericlavoieinterieure.monsite-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une entrée dans le monde des Esprits

Message  Francesca le Mer 1 Mai 2013 - 6:29


ben ma très chère ghislaine, si tu veux bien répondre à la question, alors je te demanderai à toutes Very Happy

Merci à toi !

Que pensez-vous du spiritisme ?
Que pensez-vous de cette forme de communication ?

- le oui-ja ?

- l'écriture automatique ?

- le médium par sa transe ?

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 6192
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une entrée dans le monde des Esprits

Message  Ghislaine le Dim 5 Mai 2013 - 17:34





Le spiritisme est une forme de communication.

Elle est intéressante. Il suffit d'y croire et de le faire avec son coeur.

Je pense qu'avec le coeur tout est possible, toute communication est possible !

Il n'y a aucun mal, .... Après avoir eu des VA, et des expériences extra .... ordinaires, j'ai commencé par le "oui-ja" avec un verre !

Et j'ai eu !



MERCI
avatar
Ghislaine

Messages : 206
Date d'inscription : 17/03/2012

http://ericlavoieinterieure.monsite-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une entrée dans le monde des Esprits

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum