Souffrance d'une collègue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Souffrance d'une collègue

Message  Francesca le Sam 17 Mar 2012 - 8:08

Actuellement je m’intéresse de très près à une collègue de travail. Et vous allez comprendre pourquoi... je m'en explique !

Oui effectivement, depuis quelques temps déjà, celle-ci se plaignait de ne plus arriver à travailler, à la fois physiquement et surtout moralement, presque à l’âge de la retraite on lui a signifié qu’elle aurait encore 3 années de plus à réaliser…

Très perturbée par cette annonce, je me suis sentie investie de lui venir en aide afin de l’aider à retrouver son équilibre.

Dans son esprit, elle m’a confié, que sans cesse elle recherchait une solution afin de ne plus venir travailler du tout. Dès le matin au réveil cette idée la hantait de savoir s’il était possible de trouver une solution pour cesser son activité. Lorsque je tentais de lui faire entendre raison, elle me disait que cela lui faisait du bien… que ça allait aller et qu’elle ferait le nécessaire dans l’acceptation.

Mais ce fut bien plus fort qu’elle encore… elle est devenue complètement obnubilée par l’idée de cesser son activité.

Nous avions fini par trouver une autre solution ensemble… c'est-à-dire d’en convenir avec la hiérarchie afin de réaliser une sorte d’arrangement à l’amiable dans la direction, une sorte d’ "inaptitude au travail" par exemple. Tout le monde était d’accord. Mais pas le temps de la conclure….

Car, son souhait s’est exhaussé, c'est-à-dire qu’à force de demander à cesser son travail, cette personne est devenue réellement malade. Et dernièrement il lui a été diagnostiqué en cancer du poumon. La chimio est entamée… Elle réalise seulement et en est très affectée.

Je reste présente à ses côtés…

Mon avis, comme vous l’aurez compris, c’est que cette personne a réellement souhaité être malade et l’est donc devenue très sérieusement….  Mais vous, comment considérez-vous les choses?

était-elle déjà malade avant de vouloir arrêter le travail, et le ressentait-elle ?

Ou bien tout comme moi, vous pensez que ces vœux ont été exhaussés ?

Merci à tous de votre collaboration. sunny


Dernière édition par Francesca le Lun 4 Nov 2013 - 7:00, édité 1 fois
avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Invité le Dim 18 Mar 2012 - 10:09

Je pense Francesca que nous savons très bien inconsciemment quand nous sommes malades. Elle le sentait si fort en elle, qu'elle voulait et cela très justement arrêter de travailler. C'est dans ce sens là que je le prendrais et pas dans le sens qu'elle a souhaité être malade et qu'elle l'est donc devenue.

Quand j'ai commencé à me sentir mal, j'étais en Angleterre, et je sentais vraiment que quelque chose n'allait pas comme elle, du mal dans mon travail pour me concentrer, une grande fatigue physique, plus pour moi des symptômes très spécifiques etc..., je ne savais pas exactement ce que c'était cependant.

Pour illustrer cela, je peux même rajouter qu'un jour j'étais dans une librairie ésotérique (et oui j'étais déjà attiré, même si c'était le début) et il y avait un médium, un indien très certainement, et j'ai eu comme une voix qui m'a dis ne va pas le voir car il verra que ça ne va pas et tu n'es pas prête à entendre ce qu'il va te dire! Je n'ai souhaité à aucun moment être malade mais je n'en pouvait plus de tout et souhaitait inconsciemment que cela change et s'arrête d'une façon ou d'une autre et c'est là que la maladie peut faire cesser certaines situations.

Je ne pense pas qu'elle ai souhaité être malade mais donc qu'elle l'était déjà et que ce n'était pas encore totalement conscient. Pour moi la maladie vient d'un grand déséquilibre intérieur qui nous fais énormément souffrir en tous les cas notre âme et que lorsque l'on atteint les limites la maladie surgit. Voici mon ressentis par rapport à ce que tu nous expose, ce n'est bien entendu que par rapport à mon expérience à moi.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Francesca le Dim 18 Mar 2012 - 10:49

Ah oui, effectivement, tel que tu le racontes en expérience personnelle… on ne voit pas les choses tout à fait pareilles !

Entre le pressentiment d’être malade et les paroles qui transcrivent le symbole d’une fuite (du travail) il y a donc tout un univers qui se forge entre les deux....

ohh ! le décryptage du langage humain n’est pas forcément tout à fait simple à assimiler d’un coup…

Merci de ton illumination sur le sujet très chère Calixte !
avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Melie le Dim 18 Mar 2012 - 13:37

Ouh làlà, c'est une question qui me semble un peu "dangereuse" à répondre de peur que les lecteurs inetrprètent rapidement une réponse donnée.

Mais je peux dire, pour l'avoir vécu, qu'il existe deux forme de connaissance ou de conscience.

La personne malade peut très bien l'avoir déjà été mais n'en savait pas, ou à l'inverse, avoir été en bonne santé et souhaiter plus ou moins inconsciemment, pour x raisons, tellement d'être malade au point d'en être malade. Personne ne peut le savoir sauf elle même seule.

Après, il peut très bien se produire un phénomène de déclic, elle pourra dire quelque chose comme "J'ai cru savoir ceci cela, mais en fait non, c'était autrement, je le savais celle là aussi, mais je n'ai pas voulu comprendre, préférant l'autre connaissance qui peut être vrai aussi, mais effctivement plus grossier car forgé par les éducations, la vie, les influences etc...tandis que l'autre, celle que je découvre, c'est de l'essence, le grand fond de soi, et j'en suis éblouie..." Alors, concernant la maladie, elle poura très bien dire "J'ai cru aller bien, je courais, je n'étais jamais essouflé, etc...mais en fait je savais dans le grand fond que j'avais mal aux poumons, que je me sentais faible, que je suis malade, mais les circonstance de la vie font que je ne pouvais pas exprimer combien j'étais malade. Ma femme n'était pas prête à me voir malade, je le sentais, mes enfants ont besoin de moi, au travail aussi, alors j'ai tenu le coup, au point que je n'étais pas encore réellement malade, sur le plan physique, mais dans l'invisible, j'étais si mal. etc...." mais ça peut être le contraire, ou autre chose.

La question que tu pose, Francesca, ça touche quasiment au plan secret entre Dieu et soi. C'est bien délicat à répondre.
avatar
Melie

Messages : 386
Date d'inscription : 16/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Hirondelle le Ven 23 Mar 2012 - 10:21

Bonjour à vous,

J'avais vu ton post, Françoise, j'avais envie d'y répondre, mais répondre quoi ?!
Ce matin, une réponse m'est venue, et, en te relisant, ma réponse est un peu faussée, quoique...

Je constate aussi qu'on t'a répondu, ce qui remet ma réponse en question car ce que je lis, et bien je ne le considère pas faux non plus.

Alors ce que je voulais dire, c'est que ta collègue se disait malade et qu'à force, elle l'était. Ben non. En relisant, c'était vous, ses collègues qui cherchiez une solution, la rendre "inapte au travail". A partir de là, ma réponse n'a plus lieu d'etre. Si ELLE avait souhaité être inapte, j'aurais dit, par rapport à des expériences que j'ai pu lire, qu' ELLE s'est provoquée cette maladie. Elle voulait juste arrêter le travail. Mais bon, une des réponses correspondrait mieux, à savoir, que ta collègue, inconsciemment se savait malade et donc, souhaitait ne plus travailler.

Ma petite anecdote au sujet du désir de ne plus vouloir travailler dans une entreprise : j'étais en cdi, j'y étais très à l'aise au début. C'était tout près de chez moi. Le travail me plaisait. Mais très vite, j'ai remarqué que le travail que j'arrivais à faire vite et bien, et bien on me l'enlevait. Il faillait s'adapter à tout. Pourquoi ne pas laisser quelque chose à qui le fait bien et vite (production). Ensuite mon chef d'équipe s'est barré. C'est elle en plus qui cherchait les marchés ! Mon nouveau chef d'équipe ne pouvait pas me voir et me mettait dans la peine. Le temps passant, je commençais à avoir ras le bol de ce boulot dans lequel je me disais qu'il n'y aura pas de chomage. J'ai commencé à me dire que je voulais quitter ce travail. Je ne pouvais pas, si je partais, pas d'assedic. Je ne trouvais rien non plus, ailleurs ! De fil en aiguille, l'entreprise commencait à peiner. Moins de travail. Je me disais que, peut-être, enfin, ma porte de sortie était proche. Ils parlaient licenciements. Mais rien. Je me suis dit et redit, que je serai dehors, mais que l'entreprise continuerait de tourner, je ne veux que MA liberté. (je n'étais plus à l'aise du tout). Mon voeux s'est exaucé. J'ai été licenciée. Mais l'entreprise a mis la clé sous la porte. Au début je culpabilisais car les autres n'avaient plus de travail. Mais non, j'avais seulement "prié" que moi je sois licenciée, pas que l'entreprise ferme.
Alors voilà.

Je n'ai donc pas répondu à ta question, ma chère Françoise.

Je souhaite que tout aille pour le mieux à ta collègue. I love you

Bonne journée. Very Happy
avatar
Hirondelle

Messages : 225
Date d'inscription : 17/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Francesca le Ven 23 Mar 2012 - 13:58

Bonjour belle Hirondelle Very Happy

Mais si, si, tu as répondu tout de même à ma question... car Ça donne à réfléchir tout de même tout ça …

Entre vouloir quelque chose ; pressentir une stratégie ; cogiter et en voir la finalité ! oh là là !

Je crois que nous serions mieux à même de prendre la vie comme elle vient et y faire face dans les meilleures conditions, dans l’acceptation de ce qui Est… tout simplement !

Merci Hirondelle, en tout cas ce passage de vie que tu nous as cédé est assez édifiant et il permet de se remettre en question.

Tout cela me fait penser à bien des sujets que nous pourrions aborder ici sur la pensée justement… je vais y réfléchir de plus près.

Merci encore Hirondelle sunny

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  lunea le Ven 23 Mar 2012 - 17:22

Je crois fermement qu'on a le "pouvoir" sur notre corps, et que "le vouloir" est dangereux parce qu'il faut toujours garder à l'esprit que ce que l'on a souhaité va se réaliser mais on ne sait jamais sous quelle forme, ni si finalement cela va nous rendre plus heureux...

Quant au corps, enceinte de mon 3ème enfant, dès le début de la grossesse, j'ai pensé, puis dit que je n'accoucherais pas ;-/
Je voulais bien être enceinte, avoir un enfant, mais pas accoucher... (ne cherchez pas... mystère)
Résultat : j'ai porté mon fils une semaine de plus (pourtant à la fin je demandais à accoucher évidemment...) et j'ai fini par accoucher par césarienne parce que tout d'un coup le travail s'est bloqué... plus de contractions, plus rien, et même avec la césarienne, il a fallu m'appuyer sur le haut du sternum pour faire descendre le bébé... heureusement qu'il a fini par sortir parce qu'il faisait déjà plus de 4 kilos !!!

Maintenant, je fais très attention à la formulation orale de mes désirs que je répète 3 fois et avec convictions j'ai lu ça dans un livre
"univers infini, dame de la cantine universelle, maintenant (très important de dire maintenant sinon le processus peut commencer dans 20 ans !!!) je suis (jamais de verbe négatif) en parfaite santé physique et morale, ma peau est saine (si problèmes de boutons par exemples plutôt que de dire mes boutons disparaissent) et respire la santé"

Ceci est un exemple qu'on peut appliquer aussi à des choses plus matérielles....

avatar
lunea

Messages : 850
Date d'inscription : 19/03/2012

http://sol-eille.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Francesca le Sam 24 Mar 2012 - 6:55

lunea a écrit:
Quant au corps, enceinte de mon 3ème enfant, dès le début de la grossesse, j'ai pensé, puis dit que je n'accoucherais pas ;-/
Je voulais bien être enceinte, avoir un enfant, mais pas accoucher... (ne cherchez pas... mystère)
Résultat : j'ai porté mon fils une semaine de plus (pourtant à la fin je demandais à accoucher évidemment...) et j'ai fini par accoucher par césarienne parce que tout d'un coup le travail s'est bloqué... plus de contractions, plus rien, et même avec la césarienne, il a fallu m'appuyer sur le haut du sternum pour faire descendre le bébé... heureusement qu'il a fini par sortir parce qu'il faisait déjà plus de 4 kilos !!!

Oh merci de cette petite confidence très chère !

Et pourtant, pas si mystérieux que cela tu sais... Car ce n'est pas ton histoire, c'est la nôtre !!!!

Il y a 30 ans de cela mon choix a été absolument identique. Pourquoi ne pas vouloir accoucher, tout simplement parce que nous avions peur... en tout cas, moi oui !

Mon premier accouchement et les suivants d'ailleurs, se sont terminés également par une césarienne !

J'adore ces Coïncidences ... cela nous rapproche encore sunny

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  lunea le Sam 24 Mar 2012 - 15:30

Very Happy tu me scotches Francesca avec ce point commun !

Bien sûr que ce nous ne sommes pas les seules, on a également toutes entendues "mon mari était en voyage, heureusement je n'ai accouché qu'une fois qu'il a été rentré !"
ou dans un registre moins drôle "il est décédé (lapsus j'avais écrit décidé) seulement après avoir vu son fils..."

tous ces témoignages montrent la force que nous avons en nous et qu'à mon avis nous ne savons pas exploiter.
avatar
lunea

Messages : 850
Date d'inscription : 19/03/2012

http://sol-eille.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  misel le Sam 24 Mar 2012 - 16:57

J'ai lu tous vos posts avec beaucoup d'intérêt.

Francesca, je ne pense pas que ta collègue avait envie de tomber malade. Elle cherchait juste une solution pour ne pas continuer à aller travailler.
Elle a développé un cancer ? sans doute parce que cette situation la rongeait !

Il y a quelques années, je devais me rendre à l'AG d'une association au sein de laquelle j'étais très active. Mais je n'avais aucune envie d'y aller, d'autant qu'elle avait lieu à plusieurs centaines de km de chez moi. Mais il me fallait une raison valable pour ne pas m'y rendre. Et puis, en passant derrière la voiture, je me suis violemment cogné le genou. Et rebelote le lendemain, si bien que j'ai eu du mal à marcher et d'atroces douleurs.
Et je n'ai pu me déplacer pour la réunion.... Une semaine plus tard, je devais partir pour 3 semaines avec mon petit-fils et mon genou était toujours très douloureux ! Deux jours avant le départ, j'ai dû me contorsionner pour sortir de la voiture, garée trop près d'un mur. Il y a eu un craquement dans mon genou, et j'ai senti que quelque chose se remettait en place. En me cognant, je m'étais déboité le genou sans le savoir et maintenant que la réunion était passée, il s'est remis en place.

J'ai eu aussi un problème de harcèlement moral au travail et je suis tombée malade (une pneumonie). J'étais en CDD. Lorsque j'ai pu retourner travailler, il me restait 2 jours à faire avant la fin de mon contrat.

Je crois que notre corps suit notre volonté de rejet. Se blesser au genou peut vouloir dire qu'on ne veut pas aller dans la direction qu'on veut nous imposer.
On dit bien "avoir un esprit sain dans un corps sain", mais lorsque l'esprit est torturé, le corps l'est aussi et il réagit.
Voilà mon avis à moi.
avatar
misel

Messages : 37
Date d'inscription : 24/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Francesca le Dim 25 Mar 2012 - 7:57

Il est vrai que je respecte toutes les façons de penser, mais il est vrai aussi que je priorise la responsabilité de tout ce qui nous arrive !

Ton témoignage est édifiant sur ce fait.

Merci pour cette confidence Misel sunny
avatar
Francesca
Admin

Messages : 5919
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Invité le Ven 30 Mar 2012 - 22:41

Quel bel échange! J'ai lu avec attention toutes les réponses! Merci Francesca pour avoir initié ce sujet passionnant! sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Souffrance d'une collègue

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum