Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

A la recherche de ce qu'on est

Aller en bas

A la recherche de ce qu'on est

Message  Grenouille le Mar 23 Oct 2018 - 21:41

Il me semble important de partager cette expérience de recherche de soi.
Est-ce qu'on se sent tous différents les uns des autres ? Est-ce qu'on souffre tous à une période ou à une autre de notre vie à ne pouvoir s'identifier à quelque chose de précis ? A-t-on vraiment besoin de mettre des mots sur ce qu'on est et cela nous aide-t-il pour savoir qui on est à la finale ? Quel est le but de cette recherche et sommes-nous tous attiré vers ce but ? La recherche de qui nous sommes, vraiment, pas ce qu'on nous demande d'être dans la société. Entre les deux, je pense que nous ramons beaucoup pour arriver à se défaire de principes d'éducation pour arriver à se poser les bonnes questions qui nous permettra de se découvrir petit à petit. En tout cas c'est mon cas. Pour vous je ne sais pas, c'est pourquoi je me pose toutes ces questions. C'est pourquoi je vous propose une partie de mon évolution. Je ne parle pas d'éveil et je ne prétend rien. J'ai juste ce besoin d'écrire ce que j'ai à l'intérieur de moi pour le partager.
J'ai beaucoup cherché de support qui auraient pu m'éclairer à l'époque où j'étais endormie, mais n'ayant encore aucune idée de la cause de mon mal-être, j'étais dans l'incapacité de trouver le bon support qui aurait pu me mettre sur le bon chemin et ce qui s'est passé, c'est que j'ai prit ce qui me semblait bon à l'époque, n'importe quoi qui aurait eu une réponse logique à mes questions et qui m'aurait rassuré.
Au départ j'ai donc choisit de croire à la bipolarité, et ça m'allait très bien. J'étais malade, c'était pas de ma faute et je prenais un traitement qui me rassurait. Ca m'enlevait pas mal de responsabilités que je ne voulait pas endosser. Cette maladie a été ma complaisance pendant une dizaine d'année.
avatar
Grenouille

Messages : 241
Date d'inscription : 31/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche de ce qu'on est

Message  Grenouille le Mar 23 Oct 2018 - 22:39

J'avais ce truc au fond de moi qui me poussait à voir ailleurs, à voir autres choses, à me poser d'autres questions, à me chuchoter qu'"il y a un truc qui ne colle pas". Mais quoi ? Alors j'ai commencer à me poser pleins de questions.
Un lien entre l'instinct et le mental, un désaccord, et un truc qui pousse à trouver l'équilibre. Et rarement, cette voix intérieure (quand on est au fond et qu'on commence à réellement désespérer) qui me dit de ne pas avoir peur, et qui m'envoie une force que je ne soupçonnais pas. Tout ça m'a poussé à la suite.
J'ai arreté de croire en la bipolarité ayant pris conscience de ce qui se passerait si je restais dans cette croyance, et ça m'a fait peur quand je me suis vue. J'ai refusé que ce soit moi, comme ça. Il fallait que je bouge. Ce n'était pas moi. J'étais en train de me tuer physiquement et j'étais prisonnière d'un corps que je n'aimais pas et que je maltraitait. Peut-être bien que j'emprisonnais mon esprit avec la médication. Il était d'une grande noirceur comparé à maintenant.

J'ai ensuite évolué globalement 10 ans sans médication en rapport avec la bipolarité. Il me restait anti-depresseurs et anxiolytiques en doses raisonnables. Parce que ça me rassurait. J'avais cette croyance que si je les arretait, je tomberais en dépression. Et c'était vrai. Puisque j'y croyais. Puisque je ne donnais pas à ma force intérieure la possibilité de prendre le dessus.
Et j'ai commencé à me rechercher, encore. Parce que je croyais que je n'etais pas "normale". Ou alors j'avais un besoin de m'identifier pour me rassurer. Me dire "tiens, voilà pourquoi je suis comme ça".
Pour donner des exemples, c'était des façons de penser qui ne correspondaient pas à ce qu'on me demandait, des trucs qui me paraissent absurdes, illogiques. Des valeurs qui ne correspondaient pas telles que je les voyait, et surtout des pensées, des visions de choses que les autres ne voyaient pas.
Comment comparer pour savoir ? Comment savoir ce que les autres voient pour comparer ? C'est pourquoi j'ai commencé à essayer comprendre le fonctionnement de l'humain. Le cerveau. Les études sociologiques. Pour avoir des réponses à mes questions.

Mais avant j'ai cherché qui j'étais, pourquoi j'étais "différente". Pourquoi je ne trouvais pas plaisir à entrer dans le moule et pourquoi j'en tombais malade à me forcer. Pourquoi les autres y arrivaient et pas moi (mon attention était à l'époque focalisé sur ceux qui y arrivaient, donc je ne voyais qu'eux).

Puis je suis tombée sur des vidéos et des supports qui me caractérisait tellement que j'y ai cru dur comme fer et ça m'a soulagé à en pleurer. J'étais une indigo. Depuis toute petite.
J'y ai cru pendant quelques mois. J'avais l'impression d'être unique, magique, et ça expliquait mon parcours de vie. Mon égo s'est régalé et j'étais contente que ce soit fini. J'allais pouvoir passer à autre chose, vivre du bonheur.
J'en ai vécu, sous le coup de cette croyance. Mais ça ne dure qu'un temps. Coeur/cerveau (un truc qui colle pas) et la vie, les gens, qui bousculent ce confort si fragile qu'est la croyance d'être un mot sur un mal. Seulement un simple nom qui ne résout rien définitivement.
Mais j'ai continué et j'ai trouvé un autre nom, un autre remède: Hypersensible.
Voilà, j'étais hypersensible. Tout collais parfaitement avec les symptomes.
Mais avant, j'avais trouvé d'autres noms qui me correspondaient: HPE, zèbre et autiste asperger.

Je suis restée 2 ou 3 ans avec la conviction que l'hypersensibilité était la cause de tout mes soucis. Ce petit confort rassurant m'a permis de continuer à chercher les réponses à de nouvelles questions. Puis je suis retournée dans le questionnement spirituel. Il y avait un lien avec tout ça.
Humanité, mes croyances profondes (celle qui me dit que nous sommes tous "hypersensibles" mais pour une grande partie endormis par la domestication) cette impression d'être entre deux mondes qui s'amplifie, mes expériences (EMI, rêves éveillés, etc...) et les profondes convictions que je ne peut pas expliquer.

avatar
Grenouille

Messages : 241
Date d'inscription : 31/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche de ce qu'on est

Message  Grenouille le Mar 23 Oct 2018 - 23:18

Mon parcours est là aujourd'hui: Mon hypersensibilité s'explique par une hyperthyroidie due à une maladie auto-immune appelée Basedow.
A prendre avec des pincettes car suivant (peut-être, j'expérimente pour savoir) ce qui se passe dans ma vie, ça change.
Je suis passée en Hypothyroidie, maladie appelée Hashimoto quand j'ai arrêté de croire que j'étais obligée de continuer dans un combat que je m'étais fixé. Les règles étaient établies sur des principes sur lesquels je ne m'étais jamais posé de questions. Quand j'ai compris que je me trompais, j'ai arreté de me battre. Ca été si simple, si évident.

Maintenant je ne sais pas trop où aller pour continuer mais je ne m'en fais pas. Il y a quelques mois de ça, j'avais l'impression de perdre la tête, j'avais une peur immense de perdre le contrôle, j'avais peur de perdre mon travail, les jugements des autres me faisaient sortir de mes gonds, m'anéantissaient. Je voulais faire payer ma famille pour le mal qu'elle m'avait fait, j'avais peur sur la route, dans les magasins, je me sentais en danger partout autour de moi, en moi.

Ce que je gagne aujourd'hui est inestimable depuis que j'ai perdu cette peur. et d'anciennes croyances.
Mais il fallait que je passe par toutes ces étapes pour comprendre, canaliser, trier, jeter ou garder.

J'avais besoin de comprendre avant de croire. J'avais besoin d'expérimenter pour voir, et croire.
Toutes ces personnes qui m'avaient dit "c'est comme ça, crois-moi" je ne pouvais pas les croire sur parole. Parce qu'avant il y a beaucoup eu de personnes que j'ai cru, parce que je croyais que leur raison était aussi la mienne, la nôtre à tous.

Je ne reste pas à me conforter dans des croyances rassurantes. Ca me laisse toujours indécise, sur tout, mais tant pis, et puis ça me fait poser pleins de questions (enfin, mon mental, qui me laisse pas beaucoup de répits, mais le peu qui me laisse est juste un cadeau inespéré et inestimable).

Du coup une chose en entraine une autre, etc... et je trouve ce système de plus en plus faux et inhumain (est-ce ça que vous appelez la matrice ?)

A la finale, je ne m'identifie plus à rien. les noms des maladies ne sont que des noms donnés à des symptômes qui sont des langages du corps à décrypter ? Du coup je m'en fiche de ces noms et des solutions de ce monde qui sont basés sur l'argent et le pouvoir (ces deux choses ne résout rien, au contraire).

Bon j'en suis là. Avis aux partageurs d'expériences, je suis avide d'idées et d'opinions qui peuvent faire avancer le schmilblick qu'est cette vie sur terre Wink
avatar
Grenouille

Messages : 241
Date d'inscription : 31/05/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche de ce qu'on est

Message  mollopipo le Mer 24 Oct 2018 - 12:14

Je trouve , que vous avez compris beaucoup de choses chère Grenouille ,et le pauvre crapaud que je suis , ne voit rien d'autre à ajouter , à part une bonne dose de courage et la rencontre avec un connaissant ici ou là . Mollopipo
avatar
mollopipo

Messages : 1532
Date d'inscription : 06/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche de ce qu'on est

Message  Francesca le Mer 24 Oct 2018 - 16:34

Merci Grenouille pour ce beau partage de tes émotions et ton avancée dans la compréhension de ce que tu ES
Tu as su mettre des mots sur tes MAUX et j'ai beaucoup apprécié.

encore Merci http://www.icone-gif



Voici mon avis sur la question.... Very Happy

Lorsque vous devenez sage, vous n'avez plus besoin d'utiliser toutes les images que vous avez créées ; vous n'avez plus à prétendre être quelqu'un d'autre. Vous vous acceptez tel que vous êtes, et cette acceptation totale de vous-même débouche sur l'acceptation totale d'autrui. Vous n'essayez plus de changer les autres ni d'imposer votre point de vue. Vous respectez les croyances d'autrui.

Vous acceptez votre corps et votre propre humanité, ainsi que tous vos instincts. Il n'y a rien de mal à être un animal. Nous sommes des animaux, et les animaux suivent toujours leurs instincts. Mais nous sommes aussi humains, et comme nous sommes intelligents, nous apprenons à réprimer nos instincts ; nous n'écoutons pas ce qui vient du cœur. Et voilà pourquoi nous agissons à l'encontre de notre propre corps et essayons de réprimer ses besoins ou de nier leur existence. Ce n'est pas faire preuve de sagesse.

Lorsque vous devenez sage, vous respectez votre corps, vous respectez votre esprit, vous respectez votre âme. Lorsque vous êtes sage, votre vie est régie par votre cœur, pas par votre tête. Vous cessez de vous saboter vous-même, et de saboter votre bonheur et votre amour. Vous n'avez plus honte et ne vous sentez plus coupable ; vous mettez fin à tous ces jugements envers vous-même, et vous ne jugez plus personne d'autre. A partir de cet instant, toutes les croyances qui vous rendaient malheureux, qui vous poussaient à vous battre dans la vie, et rendaient celle-ci difficile, disparaissent purement et simplement.


_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 6212
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la recherche de ce qu'on est

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum