langage des oiseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

langage des oiseaux

Message  Melie le Jeu 31 Mai 2012 - 14:37

Je ne sais pas si vous en avez entendu parler / lu sur le sujet du language des oiseaux, mais c'est très passionnant.

Voici des petites choses que j'ai noté sur le language des oiseaux :

- Secret  -> Se crée
- Sacré  -> Ca crée
- R -> Air
- O -> Eau
- F -> Feu
- T -> Terre
- Fort = ensemble de F(feu), R(air), T(Terre), O(eau) ce qui donne la force
- "Au lion d'or" (un nom d'auberge par exemple) -> Au lit, on dort !
- L'écrit  -> Les cris
- Savoir -> Voir ça
- François -> Sois franc (avis à Francesca ! Ne serais tu pas née avec la destinée d'être franche ? hum...)
- Connaissance -> Naitre avec

Et pour des lettres (l'être) :

A = privatif ou manifestation (contradictoire, non ?)
B = binaire, dualité
C = fermeture, renfermer ou ciel
CH = mort et résurrection
D ?
E = humain
F = Feu
G = générer
H = esprit
I = source ou axe
J ?
K ?
L = physique, manifestation physique
M = amour
N = énergie reliant la terre et le ciel
O = tout, totalité
P = Paix
Q = enraciner
R = chose
RA = soleil
S (ou serpent) = énergie (il ondule)
T
TT = biens terrestres
U = où
W
X = temps (penser au sablier)
Y = androgynie
Z


Donc, amusez vous avec votre prénom... Moi, je vois, en regardant des lettres qu'il y a "esprit" une fois, "humain" par trois fois, une fois "physique", et une fois "energie entre la terre et le ciel", mais je ne sais pas plus car je suis ignorante en language des oiseaux ! Peut être que l'une d'entre vous, si ?

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven

Melie

Messages : 386
Date d'inscription : 16/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Francesca le Jeu 31 Mai 2012 - 16:57

je ne m'y connais pas non plus mélie en langage des oiseaux, mais afin d'illustrer tes propos j'ai trouver une vidéo de quelques minutes qui tente de nous expliquer également :



extrait de dix minutes tiré du site http://www.baglis.tv

"Les mots nous parlent autant que nous les parlons" nous dit Luc Bigé. L'auteur distingue quatre fonctions du langage qui nous racontent des choses différentes. La langue des oiseaux, ou "langue des anges", nous parle de sens. Dans ce langage vivant, les mots, traités comme des symboles tant par la géométrie des lettres qui les composent que les sonorités qui les agitent, nous en disent plus que ce qu'ils semblent. Véritable forme de pensée en soi, ils nous conduisent à une pluralité de sens à explorer comme un jeu, nous dit l'auteur.

Par exemple, la "maladie" peut se lire le "mal a dit". (hum ! ça me dit quelque chose Suspect Very Happy )

Le son est ici porteur d'une nouvelle signification qui échappe au sens conventionnel. A leur tour, chaque lettre est à la fois un son et une image, un véritable archétype nous guidant sur un chemin de transformation et d'évolution intérieure. Qu'est-ce que l'euphonie?

---> Pour accéder à la vidéo dans son intégralité allez sur http://www.baglis.tv/religion-video/161-ange-angelologie/582-initiation-a-la-...


_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.


Francesca
Admin

Messages : 5570
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Melie le Jeu 31 Mai 2012 - 18:35

Moi non plus, je n'y connais pas grand chose mais je trouve passionnant.

Le language des oiseaux serait très utilisé pour transmettre des secrets ésotériques sou forme de contes, et que le commun des gens n'y voit rien sinon juste une histoire...On peut y découvrir en visitant des églises, chateaux, blasons. Ainsi Diane de Poitiers a pour blason trois lunes, en fait, Diane de Poitiers, c'est Diane de poids tiers, Diane est la déese de lune, et trois fois la lune sur le blason, ça explique !

Dans des cathédrales, il y a surement par ci par là des languages d'oiseaux, mais je suis complètement ignorante, et j'adorerais apprendre...comme décrypter des symboles, des gargouilles, je ne sais pas...

J'ai remarqué que le signe Aum (hindou) ressemble beaucoup au symbole Omega, et donc correspond à l'univers, mais c'est juste ce que je pense. A confirmer ou infirmer.

Si j'ai bien pigé, le language des oiseaux est né au temps des batisseurs de cathédrales, ils portaient des pattes d'oies à l'épaule et parlait l'argot (art goth). D'où le nom langage "des oiseaux". (me corriger si ce n'est pas vraiment cela) Mais en fait, c'est déjà utilisé aux temps de l'antiquité, car beaucoup de traditions spirituels se transmettaient oralement, et donc ils jouaient sur des mots (comme cité dans le premier post "Au lion d'or", qui est en fait "Au lit, on dort".

D'autre part, ça parle beaucoup à l'inconscient, que même en psychothérapie, ou interprétation des rêves, il peut y avoir usage de langage d'oiseau, de sorte de jeux de mots homophones.

_________________
« La création est un cri dans le silence.» (Patrick Burensteinas)

Mon mini blog sur ma toutounette : http://melieblanche.unblog.fr/

Melie

Messages : 386
Date d'inscription : 16/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Hirondelle le Sam 2 Juin 2012 - 13:54

Coucou Mélie,

Quand j'ai lu ton post, je n'ai pas bien compris. Je partais carrément dans le gazouillis de ces petites créatures. En lisant la suite, ben...
Donc la "signification des mots", s'appellent langage des oiseaux ?!
La 1ère fois que j'ai entendu parler de cela, j'étais en cours d'astro. Là, le "prof" a parlé, par exemple de l'esprit> "S prie" parce que, "normalement quand on prie, on est à genoux et un peu penché en avant. D'où la forme du S.
Et pour la "maladie", (texte sous la vidéo), pareil, "le mal a dit". De moi-même, j'ai parfois eu des petites idées comme ca, mais là, je n'ai que ces deux exemples au moment où j'écris. Very Happy

Hirondelle

Messages : 218
Date d'inscription : 17/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Melie le Sam 2 Juin 2012 - 18:22

Coucou Hirondelle, essaies de taper dans Google "langage oiseaux", il y a plein de liens forts intéressants qui parlent de tout cela, découvrir des significations par derrière des mots ou phrases en apparence si commun et banale qu'on n'y fait pas attention, comme justement "maladie" = mal a dit, "maux" = mots etc...
Je n'ai pas pu regarder tous les liens, il y en a plein, pfiouuu..et je m'y noie avec google ! Laughing


_________________
« La création est un cri dans le silence.» (Patrick Burensteinas)

Mon mini blog sur ma toutounette : http://melieblanche.unblog.fr/

Melie

Messages : 386
Date d'inscription : 16/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le language des oiseaux

Message  elhen le Lun 4 Juin 2012 - 13:43

Bonjour Mélie,

Dans le style language des oiseaux," Mais lie" donc ce que tu entends...bon je sais on fait mieux, mais un peu d'humour ne fait pas de mal
Coucou je viens d'arriver ici, comme toi je suis très intéressée par ce sujet, il y a quelques années lorsque j'étais parisienne je suis allée à une conférence d'Etienne Pérot sur le langage des oiseaux, il connait parfaitement l'oeuvre de Jung, le processus d'individuation, sainte-chronicité, la recherche du Soi etc...
Mais surtout il a écrit plusieurs livres dont "LE CORANTIN" je ne me souviens plus quelles éditions, mais tu trouveras cela sur google, je te le conseille tu vas y trouver tout ce que tu recherches sur cette langue poétique, alors laisse siffler.

Bonne journée à toi et bonne lecture:bisoucoeur:

elhen

Messages : 47
Date d'inscription : 03/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Melie le Lun 4 Juin 2012 - 13:52

Bonjour Ehlen (et bienvenue sur le forum Wink ) !

Laughing Tiens, justement, mon pseudo Melie, en fait, c'est parce qu'il y a "me-lie", dans le sens je me relie avec moi même. C'est pour cela que j'aime bien mon pseudo, si je devine bien en regardant ton pseudo, tu as le même prénom que moi, Hélène !
Tiens, on pourrait essayer de trouver pour les divers prénoms ? Par exemple Françoise, ça fait "franc sois-je" = que je sois franc

_________________
« La création est un cri dans le silence.» (Patrick Burensteinas)

Mon mini blog sur ma toutounette : http://melieblanche.unblog.fr/

Melie

Messages : 386
Date d'inscription : 16/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

language des oiseaux

Message  elhen le Lun 4 Juin 2012 - 14:14

voyons pour hélène, elle haine affraid , et laine plus chaud et doux je préfère, j'ai pas mieux

elhen

Messages : 47
Date d'inscription : 03/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Melie le Lun 4 Juin 2012 - 16:14

Ou bien "elle est née"... bon on prononce pas Hélèné, mais j'aime bien cela...Very Happy C'est plus positif et constructif !

_________________
« La création est un cri dans le silence.» (Patrick Burensteinas)

Mon mini blog sur ma toutounette : http://melieblanche.unblog.fr/

Melie

Messages : 386
Date d'inscription : 16/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Language des oiseaux

Message  elhen le Lun 4 Juin 2012 - 19:18

J'aime beaucoup !

elhen

Messages : 47
Date d'inscription : 03/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Francesca le Mer 27 Juin 2012 - 15:00

La langue des oiseaux existe également au cœur des Tarots

c'est un peu long mais pationnant

La langue des oiseaux fut certes beaucoup utilisée par les alchimistes du moyen âge.

Le tarot prenant essence (et sens !) dans différentes traditions (orientales, judéo-chrétienne etc…) et dans différentes approches ésotériques (alchimie, astrologie, kabbale etc…) il y a un rapprochement à faire entre tarot et alchimie.

Le tarot est un outil permettant à-priori (c’est-à-dire en 1er lieu) un cheminement intérieur il est donc ésotérique.

Puisqu’il est un « tout » et que « tout est dans le tarot » pourquoi ne pas voir dans la langue des oiseaux un moyen de connaître le tarot et donc par voie de conséquence de se connaître. D’ailleurs Jung parle de l’alchimie du moyen âge comme étant la psychologie des profondeurs du monde moderne (référence à vérifier mais je crois que c’est dans « Alchimie et psychologie » ou quelque chose comme ça).

Le tarot lui-même démontre que «la langue des oiseaux » est source de connaissance (de soi).

Le savoir est symbolisé par le « livre » or, on retrouve deux livres dans le tarot (celui de la papesse qui est ouvert et celui de l’hermite qui est caché sous sa robe) donc un savoir qui est disponible pour tous et un savoir caché qui mérite d’être cherché c’est donc un savoir secret ou se crée.

Le savoir = s-à-voir (est-ce à voir ? ou c’est à voir (à regarder ou à vérifier)
Donc vérifions ! le livre de la papesse contient 17 lignes qui renvoie à l’étoile arcane XVII et que « voit » t-on ? tient ! un oiseau sur son arbre perché ! au bord d’une source.

Ne serait-ce pas le jardin d’Eden dans lequel se trouve l’arbre de la connaissance ?
L’oiseau sur la connaissance : connaissance de l’oiseau où co-naissance c’est naître avec ou bien plus simplement la langue des oiseaux est source de connaissance ?
Le son est thérapeutique en soi (musicothérapie par exemple) mais aussi le fait même de parler (psychanalyse et toutes les confidences que l’on fait aux personnes de confiance etc).

Le son = Verbe = logos donc rien que de parler tarot c’est salvateur en soi ! Abusons de cette merveilleuse thérapie !

Ce que je vois-entends dans la langue des oiseaux c’est qu’il permet d’une façon ludique de chercher mais surtout il permet de mieux comprendre et intégrer la signification d’un arcane.

Je prends un exemple pour démontrer (ou remontrer) : le BATELEUR – le bas te leurre ; on sait effectivement que le plan matériel peut nous leurrer bien des fois ! Mais pourquoi ne pas l’entendre aussi comme étant « le bâts (fardeau) te leurre » et cette fameuse _expression_ « le bâts blesse ! » et donc si savoir c’est de vérifier : quel fardeau porte le bateleur ? – un denier et un bâton dans chaque main ! dans la disposition ternaire du tarot le bateleur regarde le mat qui lui porte seulement sur son épaule son baluchon (ou une bourse) au bout d’un bâton ; peut-être que le bateleur imite le mat et prend uniquement le denier et le bâton parmi tous les objets disposés devant lui.

si « le bâts blesse » alors pour ne pas « souffrir »il faut partir léger ? Démonstration : quel carte du tarot représente le mieux le dépouillement que l’arcane XIII – l’arcane sans nom. Ne dit-on pas de lui « comme la radiographie du mat » (voir le livre de Jodorowski – la voie du tarot ) ; Pourquoi n’a-t-il pas de nom ? (là ayant le plus souvent une explication théologique, je laisse tout à chacun de le nommer ou non…) donc il est « sans nom » et moi d’entendre « sans non » donc il dit OUI ? oui à quoi, au dépouillement, au changement, au nettoyage etc…

on le surnomme aussi René ; re-né deux fois né ; tiens parce que le dépouillement permet de renaître ? (je passe la démonstration) finalement il ne nous tue pas puisqu’il nous permet d’être vivant (démystification de la carte !)

Et il en va de ce cheminement pour toutes les cartes du tarot (et je rappelle qu’il y en a 78 !) on peut donc utiliser autant l’homophonie que les anagrammes, les permutations, le verlan etc.

autre démonstration (hors tarot) on dit des jeunes qu’ils sont nuls en orthographe ! Combien de fois on peut entendre « ça s’écrit comment ? » puisqu’à chaque sens une orthographe peut-être ne comprennent-ils pas le sens de ce qu’ils écrivent (ok c’est un autre débat mais ça illustre bien je trouve !).

Je reprends ici « le monde » comme étant aussi « le démon »
Oui si on entre toujours dans cette théologie où je laisse libre à chacun…
mais pourquoi ne pas y voir aussi comme « dé-mon » = des monts (montagne). ?

ne dit-on pas justement que cet arcane à l’envers : le monde à l’envers ( ?) que ce passe-t-il ? quel sens lui donnez-vous maintenant ? pour moi ça n’a rien de démoniaque ;

« des monts » me fait penser justement à l’expression_ populaire « par monts et par vaux » ; (si ici c’est démoniaque, effectivement on ne sait plus à quel saint se vouer où aller et vers qui d’ailleurs saint / sein = forme de montagne etc…) qui prend tout son sens dans le fait même que le monde est encadré par 4 éléments faisant aussi référence aux 4 signes fixes de l’astrologie – tiens, le monde a besoin de se fixer ?

peut être puisque à l’envers il court partout ! et dans le rangement ternaire le monde mis à l’envers regarde quoi ? le vide – rien ! donc peut être courir partout sans rien trouver ! n’est-ce pas là une explication plus ludique et plus positive que de voir le « diable » partout ? d’ailleurs il est sur un pied d’estalle celui-là ; faites le un peu descendre et vous verrez qui il est vraiment !

Il y a très long à dire sur le tarot (ça dure depuis des siècles et nous n’en sommes qu’au début) la langue des oiseaux étant un langage symbolique (analogique) il s’adresse à l’inconscient.

Le fait même de dire le nom de l’arcane en question, l’inconscient suit tout le processus que j’ai démontré plus haut (et beaucoup plus davantage car je n’ai pas raccordé tous les branchements !) Par exemple lors d’un tirage : on sort ce fameux bateleur qui traditionnellement représente le commencement, le début etc… l’inconscient lui à fait le raccordement avec le bas te leurre ; le bâts te leurre et te blesse, qu’il a un denier et un bâton dans la main etc… et qu’il faut ce dépouiller (arcane 13 ) pour aboutir (21) etc…

Le plus souvent (je l’ai vérifié en consultations) le consultant au bout d’un moment me dit « oui, c’est vrai que j’ai envie de commencer quelque chose, je ne sais pas trop comment m’y prendre parce que j’hésite etc » et de conclure « oui, il faut que j’aille à l’essentiel » (tient, moi aussi d’ailleurs !)

Ce qui me semble être intéressant quand on est dans la « tarologie » (donc étude du tarot mais aussi logos = parler tarot ou parler du tarot) c’est de voir et de comprendre tout ce cheminement – et c’est en quoi le tarot est tout autant psychologique, ésotérique, énergétique, thérapeutique qu’un simple outil prédictif (sans préjugé de ma part).

Il n’est donc pas « une perte de temps » que de comprendre comment ça fonctionne (et si le tarot est le reflet de notre âme) comment « on » fonctionne.
Ça permet de voir où ça coince (où le bâts blesse justement !)

Pour conclure la langue des oiseaux est au son ce que l’image est à la vue !
Puisque nous ne fonctionnons pas tous pareil mais que le tarot est ouvert à tous (livre de la papesse ) il y en a pour les auditifs, les visuels les kinesthésiques (puisque le fait même de toucher la carte il est possible de « ressentir » quelque chose) Il y en a pour tous les goûts (mythologie, théologie, philosophie, ésotérisme etc…)

En montrant comment je vis cette « langue des oiseaux » et donc comment je vis le tarot, je laisse une porte ouverte tout simplement. Donc pourquoi ne pas « jouer » ensemble ?

Article écrit par steph71
http://www.ff-tarot.com/esoterisme/langue-des-oiseaux-tarot.html

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.


Francesca
Admin

Messages : 5570
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

LE SECRET DE LA LANGUE DES OISEAUX

Message  Francesca le Dim 24 Avr 2016 - 6:27

LE SECRET DE LA LANGUE DES OISEAUX




Le 13 octobre 1307 voit l’arrestation des templiers sur ordre du roi de France Philippe le Bel. Le 19 mars 1314 dans l’après-midi, l’Ordre du Temple est définitivement éliminé avec la mort de Jacques de Molay sur le bûcher de l’Ile aux Juifs à Paris. En cet après-midi de drame, les maîtres des fraternités de bâtisseurs présents lancent ce que la tradition compagnonnique nomme : la grève des cathédrales.

En trois semaines, le mot circule sur l’ensemble des chantiers répartis sur les provinces contrôlées par le roi, et tous les ouvriers, de l’apprenti au maître, lâchent les outils et quittent la France ou retrouvent leurs familles.

La société sacrée du Moyen-Âge est morte dans cette grève et cette émigration. Plus aucune église ou chapelle ne sera construite dans les règles de l’art : l’art de magnifier par la pierre les forces telluriques de la wouïvre et d’y baigner le peuple des croyants. Le temps de l’Inquisition et de la dictature des religieux commence pour l’Europe.

Ceux qui restent, doivent quitter leurs fraternités et, pour rester en vie, se fondent dans l’anonymat de la société civile.

Ceux qui partent, vont pour le plus grand nombre en Italie du nord, où ils feront la Renaissance en travaillant pour les princes ; quelques fraternités émigrent plus loin encore, dont une, originaire du Poitou, ira jusqu’au Moyen-Orient dans le dernier royaume franc qui résiste encore, celui des Lusignans de Cilicie, coincé entre les actuelles Syrie et Turquie.

Petit royaume inféodé à l’empereur romain-germanique, il disparaîtra sous les coups des Mameluks en 1375. Les fils de ceux qui firent la grève des cathédrales, retournèrent en pays chrétien, dans l’effervescence de cette Italie du nord, où, surnommés « les sarrasins » ils lâchèrent leurs connaissances dans une bouteille jetée à la mer : le "Tarot".







Alors, pour parler de la "langue des oiseaux", nous devons convenir de deux périodes. Avant la grève, où cette "langue" est parlée en langage d’art goth et s’exprime en mots et images sur tous les chantiers des cathédrales, et après la grève, où elle rentre dans la clandestinité.

La langue des oiseaux fonctionne sur le registre de la spontanéité et de la compréhension directe. Un des exemples les plus classiques, bien que tardif, à partir du 17e siècle probablement, est certainement celui des auberges nommées : « au lion d’or », « au cochon d’or ». Il vous est peut-être arrivé de passer devant ce genre d’enseignes. Que signifie l’image ? Rien de particulier si ce n’est un lion, souvent mal dessiné, ou un cochon couleur or. Alors pourquoi ce nom idiot ? Parce qu’au lit on dort, ou qu’à l’arrêt « au coche » on dort. Coche était l’ancien nom pour cochon.

Nous entrons dans les jeux de mots qui caractérisent cette « langue des oiseaux ». Bien sûr, nos anciens ne se sont pas contentés de bêtises de ce genre.

En fils de ma "Mère l’Oye" et bons sujets de la Reine Pédauque, en hommes « pattés » à l’épaule, ils jargonnaient évidemment... Leur langue était la langue des oisons, pas vraiment encore la dite langue "des oiseaux". Cela commence avec l'idée de coder des messages, voir des enseignements, initiatiques...

Nous sommes ici dans la tradition des enfants de Maître Jacques. Pour ces magiciens, comme pour certains soufis d’aujourd’hui, ce qui compte avant tout, c’est de créer cet instant magique de suspension du temps, cette béance par laquelle nous sommes tous reliés au divin. Leurs jeux de mots devaient être littéralement « à vous couper le souffle ». Les cagots du sud ouest étaient les derniers survivants de cette culture et portèrent jusque vers 1730 la patte d’oie de tissu rouge cousue sur l’épaule gauche.

La langue des oisons de la première période est totalement directe, et est à prendre au premier degré strictement, dans l’immédiateté.

À l’abbatiale romano-bysantine construite par Eléonore d’Aquitaine à Souillac (Lot) en chapiteau au 8ème pilier du déambulatoire, ainsi qu’à l’église de Talmont en Charente, nous pouvons voir la représentation d’un héron qui met son bec dans l’oreille d’une chouette. La chouette d’Athéna (Minerve) bien entendu, représentante de la possibilité d’accès à la connaissance. Le héron serait il alors une représentation de Thot-Hermès?!

Initiez-vous! Plusieurs églises et chapelles romanes sont gardienne de ses imageries. À vous de les observer plus minutieusement et de les laisser vivre en vous. Le dos contre la pierre, laissez-vous "envoûter", c’est magique!

Voici déjà deux niveaux de cette langue des oisons. Un jeu de mot et d’image, un jeu d’image et d’expérimentation...

Quand, sur la diablesse de l’arcane XV Le Diable, le graveur du tarot de Nicolas Conver place trois petits points sur sa poitrine, il faut lire ce message aussi simplement que possible : la franc-maçonnerie est une diablesse. Serfs du Diable!

Après le bûcher des templiers et l’arrivée de l’Inquisition, la vie sociale de l’Europe va basculer dans la répression de la vieille science, le "gay-scavoir".

C’est par dizaines de milliers que les bûchers seront allumés. Seules quelques professions conservant leurs traditions passeront le fil des siècles, les médecins, les apothicaires, les charpentiers, et quelques autres.

La langue des oisons, envolés vers d’autres cieux depuis le 19 mars 1314, devint la langue des oiseaux, entra dans la clandestinité, devint langue d’initiés et ses jeux de mots se firent de plus en plus savants, même le grec fut utilisé.

Quant aux jeux d’images des alchymistes, certains sont encore compréhensibles relativement facilement, mais pour beaucoup il est nécessaire de les aborder avec une culture importante.

Nous rencontrons de temps en temps des individus dont la verdeur et la spontanéité de langue créent en nous cette béance comme un coup de poing au plexus. Ils sont, au moins dans cet instant magique, des Mats et nous réactivent la langue des oiseaux.

Le Tarot de Marseille est réellement un jeu qui s’exprime au sens propre du terme, c’est à dire qui parle, émet des sons propres à être entendus et compris ! Véhicule ésotérique, il obéit en cela à la regle de la transmission orale, et communique par le son. Sa grande force réside dans le procède appelé Langue des Oiseaux et, utilisé par les Alchimistes du moyen-Âge.

La langue des oiseaux consiste à faire décoller le son en entendant autrement ce qui est dit par l'écrit (le comprendre "par les cris"), en passant outre la réunion de lettres pour ne retenir que le sens. Un exemple simple s'impose pour bien comprendre et résumer le principe :

"Voici un message secret disant les mots"

"Vois si un met sage se crée, dit sans les mots"


La première ligne est la phrase officielle, la deuxième le sens officieux, l'entendement selon la langue des oiseaux. La langue des oiseaux comme méthode de cryptographie se révèle fort ancienne et fut employée très tôt par les alchimistes. Méditons, par exemple, sur ce passage d'Artéphius, célèbre alchimiste médiéval :

"Ne sait-on pas que notre art est un art cabalistique ? Je veux dire, qui ne se révèle que de bouche, et qui est rempli de mystères ; Et toi, pauvre sot que tu es, serais-tu assez simple pour croire que nous enseignons ouvertement et clairement le plus grand et le plus important de tous les secrets, et pour prendre nos paroles à la lettres".

Source : http://secretsdutarot.blogspot.fr/


A SUIVRE.....

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.


Francesca
Admin

Messages : 5570
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

LE SECRET DE LA LANGUE DES OISEAUX

Message  Francesca le Dim 24 Avr 2016 - 6:32



La langue des oiseaux est une langue secrète qui consiste à donner un sens autre à des mots ou à une phrase, soit par un jeu de sonorités, soit par des jeux de mots (verlan, anagrammes, fragments de mots…), soit enfin par le recours à la symbolique des lettres.

Autrement dit, la langue des oiseaux est une langue tenant de la cryptographie se fondant sur trois niveaux :

La correspondance sonore des mots énoncés avec d’autres non-dits permet un rapprochement sémantique qui constitue un codage volontaire, soit pour masquer une information, soit pour amplifier le sens du mot premier.

Les jeux de mots utilisés permettent un codage davantage subtil et ésotérique, les mots se reflètent ad libitum : verlan, anagrammes, fragments de mots, etc.

La graphie enfin, fondée sur la symbolique mystique des lettres des mots énoncés, peut renvoyer à un codage iconique renforçant le sens des mots, comme dans les hiéroglyphes.

Longtemps langue d’initiés, système de codage occulte lié à l’alchimie et à la poésie hermétique (de Hermès, dieu patron des phénomènes cachés), la langue des oiseaux acquiert une dimension psychologique au XXe siècle, avec les travaux de Carl Gustav Jung ou de Jacques Lacan, qui y voient un codage inconscient permettant d’amplifier le sens des mots et des idées.



Le Dictionnaire des langues imaginaires recense plusieurs entrées en lien avec la langue des oiseaux : langage des animaux, langue des corbeaux, langage de l'extase (mystique), langage ludique, langage du rossignol, langue secrète... Néanmoins il existe des langues farfelues (comme la langue des corbeaux) sans fondements historiques, sûrement inventions de cas pathologiques. Il faut ainsi différencier les « langues secrètes » des langues farfelues, des langues inventées (la langue des grenouilles d'Aristophane), des jargons et dialectes et des imitations (« langue des animaux » dont Mircea Eliade dit qu'elle consiste à « imiter leurs cris, surtout les cris d'oiseaux »). Au final, c'est l'existence d'un code caché qui permet de départager ces registres et de repérer l'originalité de la langue des oiseaux.

Le Principe

Il n'est pas interdit de voir dans l'expression de « langue des oiseaux » une analogie avec sa dimension aérienne puisqu'au final elle consiste à faire « décoller » le son, à l'entendre plutôt qu'à le lire. Il s'agit donc de ne plus se fier à l’« écrit », mais aux « cris », entendus ceux des oiseaux, des mots chantés donc.

L'exemple suivant permet d'en comprendre le principe :

phrase codée : « Vois si un mets sage se crée, dit sans les mots »

phrase décodée : « Voici un message secret disant les mots »

Le message codé comporte un ensemble d'éléments à interpréter : « vois », « un mets sage », « se crée », « dit sans les mots ». À la différence de l'amphibologie (phrase qui peut avoir deux sens comme dans « J'ai tué un éléphant en pyjama » - « je l'ai tué alors que j'étais en pyjama ou « j'ai tué un éléphant qui avait un pyjama »), exemple qui ne prend pas en compte la logique bien entendu, la phrase en langue des oiseaux joue sur l'homophonie des mots la composant.


Quant à l'interprétation, elle dépend du contexte et des récepteurs. Le chapitre Fondements historiques livrera les interprétations qui pouvaient exister au sein des groupes usant de la langue des oiseaux. Cet exemple peut être interprété comme une explication codée de ce qu'est la langue des oiseaux: elle nous encourage à dépasser les lettres, mais à privilégier bien plutôt la vision (« vois ») car s'y cache un secret, un savoir : « se crée » (au sens : d'un message en naît, ici le mot premier « secret » peut être conservé), un savoir intangible car « dit sans les mots ».


Dans cette langue où prime le "double sens", permis par l'homophonie (et d'autres mécanismes que nous analyserons plus loin); le son, en somme, « résonne » et « raisonne ». L'analogie avec les oiseaux est avant tout physique : les sons volent a contrario des lettres, qui restent fixes.


Le proverbe populaire « Les écrits restent les paroles s'envolent »témoigne également de cette symbolique. La langue des oiseaux nous invite donc à trouver le sens profond, caché, de la phrase, ce que Rabelais (utilisateur avéré de cette langue) appelait la « substantifique moëlle ».



Origine de l’expression

L’expression « langue des oiseaux » (on emploie également l’expression synonyme de « langue des anges ») a une origine confuse et plurielle :

une première interprétation possible est qu’elle renvoie au fait que les oiseaux sifflent des mélodies, des musiques pour l’oreille humaine, mais dont on ne réalise pas le sens caché.

C’est l’idée d’une langue sacrée, cachée, que l’homme n’« entend pas » (dans le sens de comprendre). Grasset d'Orcet reprend ce point de vue (voir ci-après).

Cette interprétation renvoie également au mythe grec de Tirésias qui, apercevant un jour deux serpents s'accouplant sur le mont Cithéron (ou sur le mont Cyllène), de peur, tua la femelle d'un coup de bâton. Tirésias fut alors transformé en femme.

Sept ans plus tard, il revit des serpents accouplés. Il tua alors le mâle pour redevenir un homme. Tirésias fut ensuite confronté aux dieux Zeus et Héra, qui se disputaient pour savoir si l'homme éprouvait un plus grand plaisir dans l'amour que la femme. Consultant Tirésias pour sa qualité d’initié aux deux sexes, ayant connu les deux situations, le jeune homme répondit que selon lui le plaisir des femmes est neuf fois plus intense que celui des hommes.

Héra, outragée, le frappa alors de cécité. Zeus compensa ensuite le châtiment infligé en accordant à Tirésias le don de prophéties infaillibles et celui de comprendre le langage des oiseaux.

On peut voir également dans le dieu Hermès, Mercure chez les alchimistes, le créateur de la langue des oiseaux. Ailé, il représente le principe volatil et ésotérique du mystère de la Nature.

Zeus peignant les papillons, Hermès à ses côtés, l'inspirant

l’expression pourrait être également une déformation phonétique historique (« synchronique ») du nom d’une confrérie secrète appelée : « langue des oisons » (en référence au petit de l’oie, terme devenu archaïque), nommée ainsi en raison de la patte d’oie que portent sur l’épaule les constructeurs de cathédrales.

Ceux-ci utilisaient sur les chantiers un jargon permettant de conserver les techniques ancestrales de la « Fabrique ». Cependant, après la « Grève des Cathédrales » (suite à la proclamation des Templiers comme non grata en France la 19 mars 1314), la majeure partie des ouvriers initiés fuient l’Inquisition française, pour l’Italie du nord (où ils préparent la Renaissance) et le Moyen-Orient.

Après le relâchement de l’Inquisition, ces initiés, de retour en France, surnommés « sarrasins », diffusent leurs connaissances au moyen de systèmes de codages secrets assimilés rapidement à des sciences occultes, en premier lieu : le Tarot de Marseille, l’"art goth" (art de la lumière, qui deviendra l’art gothique), l’alchimie et la langue des oiseaux.

Dès lors la langue des oisons, réceptacle du savoir traditionnel des constructeurs de cathédrales se mue en langue des oiseaux qui de ce fait entre dans la clandestinité et devient langue d’initiés. Elle gagne en complexité afin de ne pas attirer la censure et l’anathème du clergé, recourant même aux langues anciennes comme le grec. Les mots se chargent ainsi de sens doubles, permettant de communiquer des informations tout en n'éveillant pas de soupçons et tout en utilisant les moyens de communication de l’époque (poésie, inscriptions, chants, comptines…)



Le symbole

En jouant sur les lettres, les sons ou les sens, la langue des oiseaux a trait au symbole. Le symbole, du grec « seumbolon », selon la tradition hermétique et gnostique, ne peut être saisi que dans une image (analogie, parabole) ou une correspondance (métaphore).

En effet, le discours herméneutique détruit la dimension symbolique, expliquant une réalité qui échappe à la raison. En soi, le jeu de mots est la meilleure façon d’approcher la dualité paradoxale du symbole.

La langue des oiseaux est donc intimement liée au « langage des symboles ». La différence des termes exploite en effet toute la nature de l’opération de transformation entre les deux plans : si la langue renvoie à un système codifié (phonétique, linguistique...), le langage lui est une faculté qui ne répond à aucun système.

Néanmoins les analogies, qu’exploite la langue des oiseaux, existent :

Comme les mots, les symboles ont un sens, voire plusieurs sens.

Comme les mots, les symboles ont un passé. L’étymologie du mot renvoie à sa valeur première ; le symbole également possède une lignée d’images.

Comme le mot, dont on connaît le caractère arbitraire depuis Ferdinand de Saussure (il ne représente pas la chose qu’il désigne), le symbole décrit lui une réalité émotionnelle avant tout ; de même que le mot qui a une charge affective.

Au final, les mots sont des symboles dans la langue des oiseaux, qui mènent vers des enseignements occultes. L’alchimie, qui est une mise en images et en textes du Grand Œuvre, utilise ainsi le symbolisme des mots pour tisser des correspondances entre les concepts. Ce codage assure la pérennité des concepts et images, car seule l’initiation peut fournir la clé des rapports entre les mots.


Tout comme le symbole (qui est un raccourci par l’image), ce langage des mots fait prendre des raccourcis de pensée. La langue des oiseaux fonctionne de la même manière que les signes en mathématiques ou en physique, les équations par exemple.

Dimension transculturelle de la langue des oiseaux

La langue des oiseaux n’est pas dépendante d’une langue précise ; en réalité chaque langue possède un système de codification analogue fondé sur : le lexique, la syntaxe, la phonétique et la sémantique.

Les koans japonais par exemple sont des jeux sur le double sens, à la limite de l’absurde. C’est bien ce que cherchent les auteurs de la langue des oiseaux : donner l’apparence de l’absurde afin de dissimuler le message. Aujourd'hui encore, le kōan est utilisé dans l'enseignement oral de la tradition Soto pour suggérer « ce qui ne peut être dit avec des mots ».


Par exemple : un disciple ayant demandé au maître Joshu : « Un chien a-t-il la nature de Bouddha ? » Maître Joshu répondit : « Mu ! » – Mu ! est le wato (expression désignant l’absence de sens d’une question) de ce kōan.

Néanmoins les jeux de mots d’une langue donnée ne peuvent être compris que par ceux la maîtrisant. Aucune catégorie linguistique ne peut pénétrer dans la symbolique verbale d’une autre ; la traduction est en effet inefficace à restituer le double codage. Nous ne donnerons donc dans cet article que des exemples tirés de la langue française.


A suivre….

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.


Francesca
Admin

Messages : 5570
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  mollopipo le Dim 24 Avr 2016 - 10:26

Petit exemple :  La  Magie........L'Ame agit

Mollopipo

mollopipo

Messages : 1315
Date d'inscription : 06/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  cosmos le Dim 24 Avr 2016 - 10:55



La maladie : Le mal a dit .


cosmos

Messages : 236
Date d'inscription : 20/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: langage des oiseaux

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:30


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum