L’agriculture du non agir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’agriculture du non agir

Message  Francesca le Dim 15 Jan 2017 - 9:08

Masanobu Fukuoka : Ce scientifique Japonais a développé un mode de culture naturelle, en totale harmonie avec la Terre et ses éléments. Sa méthode va encore plus loin que les principes de la Permaculture. L’agriculture du non agir  cheers

qui est Masanobu Fukuoka : Il nous dit :

Je vis sur une petite montagne, où je m’occupe de ma ferme. Je n’ai aucune connaissance. Je ne fais rien. Ma façon de faire de l’agriculture est de ne pas cultiver, de ne pas fertiliser, et de pas utiliser de produits chimiques. Il y a dix ans, mon livre One Straw Revolution (La révolution d’un seul brin de paille), a été publié aux USA par Rodale Press. Depuis ce moment je n’arrive plus à simplement dormir dans mes montagnes. Il y a 7 ans, j’ai pris l’avion, pour la première fois dans ma vie, et je suis venu à Boston, en Californie, à New York. J’ai été surpris parce que je pensais que les États-Unis étaient très vert, mais en fait, c’est une terre morte que j’ai vu.

J’ai alors parlé de mon agriculture naturelle au responsable du département des désert des Nations Unies. Il m’a demandé si cette agriculture naturelle pouvait transformer le désert d’Irak. Il m’a demandé de développer un moyen pour faire reverdir le désert. Je me suis dit à ce moment que je n’étais qu’un pauvre petit fermier sans pouvoir ni connaissances, et je lui ai dit que cela m’était impossible. Mais à partir de ce moment toutefois, j’ai commencé à penser que ma tâche était de travailler sur le désert.

J’ai voyagé à travers l’Europe il y a quelques années. Il m’a semblé que l’Europe était très belle, et qu’on y trouvait encore beaucoup de zones naturelles préservées. Mais à cinquante centimètres sous la surface, j’ai senti l’arrivée du désert. Je me suis demandé pourquoi, et j’ai compris que c’était à cause des erreurs de l’agriculture. Les origines de cette erreur sont à trouver dans l’élevage pour la viande des rois, et dans la culture des vignes pour le vin de l’église. Tout alentour, ce ne sont que troupeaux, troupeaux, troupeaux, et vignes, vignes, vignes. L’agriculture européenne et américaine ont commencé avec des troupeaux qui pâturent et des vignes qui poussent pour les rois et l’église. Ils ont transformé la nature en faisant cela, tout particulièrement sur les flancs des collines. Immanquablement, cela y provoque l’érosion des sols. Seuls les 20% du sol des vallées sont restés sains, et 80% des terres sont épuisées. Puisque la terre est épuisée, les paysans ont besoin de fertilisants et de pesticides chimiques. L’agriculture des États-Unis, de l’Europe, et même du Japon, ont toutes commencé avec le labour. Cultiver est aussi lié à la civilisation, et c’est là que commence l’erreur.

Dans une vraie agriculture naturelle, on ne cultive pas, on ne laboure pas. L’utilisation de tracteurs et d’outils détruit la vraie nature. Les plus grands ennemis des arbres, ce sont la scie et la hache. Les plus grands ennemis du sol, ce sont la culture et le labour. Si les gens n’avaient pas ces outils, ce serait mieux pour tout le monde.

Ma ferme n’est pas cultivée, et je n’y utilise ni fertilisants, ni produits chimiques. De ce fait, on y trouve plein d’animaux et d’insectes. Les paysans qui utilisent des pesticides pour tuer un certain type de nuisibles détruisent tout l’équilibre de la nature. Si nous laissons la nature faire, elle retrouvera son équilibre.




 Les quatre principes de l’agriculture naturelle (permaculture) de Masanobu Fukuoka

extrait de La révolution d’un seul brin de paille
________________________________________

Le premier principe et de NE PAS CULTIVER, c’est-à-dire ne pas labourer ou retourner la terre. Pendant des siècles les agriculteurs ont tenu pour établi que la charrue était essentielle pour faire venir des récoltes. Cependant, ne pas cultiver est le fondement de l’agriculture sauvage. La terre se cultive elle-même, naturellement, par la pénétration des racines des plantes et l’activité des microorganismes, des petits animaux et des vers de terre.


Le second est PAS DE FERTILISANT CHIMIQUE OU DE COMPOST PREPARE. [Pour fertiliser, M. Fukuoka fait pousser une légumineuse en couverture du sol, le trèfle blanc, remet la paille battue sur les champs et ajoute un peu de fumier de volaille (à la suite de la construction d’une route entre son poulailler et ses champs, ses volailles ne pouvaient plus se balader dans ses cultures. Il a été contraint à cet apport.] Les hommes brutalisent la nature et malgré leurs efforts ils ne peuvent pas guérir les blessures qu’ils causent. Leurs pratiques agricoles insouciantes vident le sol de ses aliments essentiels et l’épuisement annuel de la terre en est la conséquence. Laissé à lui-même, le sol entretient naturellement sa fertilité, en accord avec le cycle ordonné de la vie des plantes et des animaux.


Le troisième est NE PAS DESHERBER, NI MECANIQUEMENT, NI AUX HERBICIDES. Les mauvaises herbes jouent leur rôle dans la construction de la fertilité du sol et dans l’équilibre de la communauté biologique. C’est un principe fondamental que les mauvaises herbes doivent être contrôlées, non éliminées.


Le quatrième est PAS DE DEPENDANCE ENVERS LES PRODUITS CHIMIQUES. [Mr Fukuoka fait pousser ses récoltes de céréales sans produit chimique d’aucune sorte. Sur quelques arbres du verger il a occasionnellement recours à une émulsion d’huile de machine pour contrôler la cochenille (insect scales). Il n’utilise pas de poison persistant ou à large spectre, et n’a pas de « programme » pesticide] Depuis le temps que les plantes faibles se sont développées, conséquence de pratiques contre nature telles que le labour et la fertilisation, la maladie et le déséquilibre des insectes sont devenus un grand problème en agriculture. La nature, laissée seule, est en parfait équilibre. Les insectes nuisibles et les maladies des plantes sont toujours présents, mais n’atteignent pas, dans la nature, une importance qui nécessite l’utilisation de poisons chimiques. L’approche intelligente du contrôle des maladies et des insectes est de faire pousser des récoltes vigoureuses dans un environnement sain.


voici des liens : http://www.passerelleco.info/article.php?id_article=1806
et https://www.facebook.com/pages/Forum-de-LHerbe-Folle/509270549216381

_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5734
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’agriculture du non agir

Message  Francesca le Mer 18 Jan 2017 - 7:06

M. Fukuoka fait preuve d'une compréhension profonde des interactions entre l'agriculture et les autres aspects de la culture. Il sent que l'agriculture sauvage a son origine dans la santé spirituelle de l'individu. Il considère que la guérison de la terre et la purification de l'esprit humain sont la même chose et propose une manière de vivre et de cultiver où ce processus puisse se réaliser. Ce livre a pour but de changer les attitudes envers la nature, l'agriculture, la nourriture, la santé physique et spirituelle.



son livre : La révolution d’un seul brin de paille

à télécharger ICI : http://www.permatheque.fr/PDF/mansobufukuoka-larevolutiondunseulbrindepaille.pdf



Masanobu Fukuoka raconte et théorise son expérience en agriculture naturelle. Sa pratique inspire en grande partie la permaculture de Bill Mollison et David Holmgren, malgré des différences philosophiques notables, l'agriculture naturelle étant basée sur le non-agir et le refus du savoir scientifique et rationnel.

En laissant faire la nature, et en limitant au maximum les interventions humaines nécessaires, il réalise que le rendement de sa production de riz est meilleur qu'en agriculture classique. Même sans apport extérieur, sa méthode d'agriculture a pour principal effet d'enrichir le sol plutôt que de l'épuiser.


M. Fukuoka était déterminé à ne pas abandonner l'agriculture traditionnelle. Il l'affina, au contraire, à tel point que sa méthode d'agriculture sauvage demande moins de travail et cause moins de dégâts à la nature qu'aucune autre méthode tout en maintenant les mêmes rendements à l'hectare que les paysans voisins. Dans cet ouvrage d'une profonde sensibilité et qui fait réfléchir, M. Fukuoka décrit les événements qui l'ont conduit à développer sa méthode d'agriculture sauvage et l'impact qu'elle a eu sur sa terre, lui-même, et les milliers de personnes



_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5734
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’agriculture du non agir

Message  shamallo le Mer 18 Jan 2017 - 16:16



http://www.permatheque.fr/PDF/mansobufukuoka-larevolutiondunseulbrindepaille.pdf

Ce livre a exercé une grande influence dès sa sortie, dans les années 1975-80.

Laughing Francesca va t elle semer ce printemps, un champ, autour de son chêne?


shamallo

Messages : 944
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’agriculture du non agir

Message  shamallo le Mer 18 Jan 2017 - 16:21



Un autre texte, publié par Kokopelli: 10 000 années de crise, la domestication.

http://liberterre.fr/agriculture/origine-agriculture-domestication/shepard-domestication1.html


shamallo

Messages : 944
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’agriculture du non agir

Message  Francesca le Mer 18 Jan 2017 - 17:23

shamallo a écrit:
 Un autre texte, publié par Kokopelli: 10 000 années de crise, la domestication.

 http://liberterre.fr/agriculture/origine-agriculture-domestication/shepard-domestication1.html
 

Merci pour ce lien fort intéressant shamallo


shamallo a écrit:
Francesca va t elle semer ce printemps, un champ, autour de son chêne?

ah mais non , j'ai laissé tel-quel, bon d'accord j'ai tout de même passé la tondeuse, j'avais oublié le mouton Very Happy

Regarde shamallo, il va avoir 17 ans cette année !


_________________
Les choses qui vont sans dire vont mieux en les disant.

avatar
Francesca
Admin

Messages : 5734
Date d'inscription : 14/03/2012

http://devantsoi.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’agriculture du non agir

Message  shamallo le Jeu 19 Jan 2017 - 13:26



quand j'étais gosse , vers 5 6 ans, on a coupé des arbres vieux devant l'école, du coup je suis restée une semaine à la maison parce que je pleurais désespérée, personne n'y comprenait rien, dans les arbres avant il y avait des archanges merveilleux, et voilà ces êtres vivants étaient morts sans même un nom, mon coeur était gros de sanglots.


shamallo

Messages : 944
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Agir moins

Message  shamallo le Mer 5 Avr 2017 - 14:35

Ce monsieur a subi un accident de santé grave, qui l'empêche de jardiner en utilisant la force: Labourer, s'éreinter...Tout ceci ne le concerne plus.
 Ainsi, il développe une façon de faire qui peut rendre service à beaucoup de gens, et donne des videos très simples à comprendre: il filme ce qu'il fait, et explique en même temps.
 - loin des prétentions  de "Permaculture Certifiée"  payante, ceci celà, mêli-mêlo de praticiens et surtout de théoriciens sans expérience, qui proposent de venir chez vous moyennant honoraires, vous dire ce qu'il faut faire,... bref Smile

                                           

 
 Retourner systématiquement, à la main où à la machine, des couches de sol terrestre, lequel n'est pas de la chose, mais de l'humble et majestueuse vie;
 est exténuant comme une guerre, pour l'homme comme pour ses sources et ressources.


shamallo

Messages : 944
Date d'inscription : 17/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’agriculture du non agir

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum